♦♦♦
 

 :: Espace personnages :: Présentations :: Présentations validées :: Nouzar Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Shilin || Ready. Aim. Fire. ♥

avatar
Messages : 21
Date d'inscription : 15/05/2017
Voir le profil de l'utilisateur
Lun 19 Juin - 15:36

  • nom Sonata
  • prénom Shilin
  • âge 20 ans
  • gender Female
  • race Harpie
  • groupe Nouzar
  • occupation Assassin / voleuse

pouvoirs & malus

Complete Gravity Shilin a la capacité de contrôler la gravité comme elle le désire. S'étant entraînée longtemps afin de le maîtriser, elle sait autant la réduire que l'augmenter, concentrer ce changement de gravité sur un objet ou encore étendre son influence sur de grandes distances. Elle peut utiliser ce pouvoir sur elle-même comme elle peut l'utiliser sur les autres, l'utilisant pour parcourir de longues distances plus rapidement et sans se fatiguer, ou pour piéger ses adversaires/victimes en rendant la gravité trop forte pour qu'ils puissent la combattre et fuir. Son influence sur la gravité ne s'étend pas au-delà d'une zone circulaire d'un kilomètre de diamètre lorsqu'elle l'utilise à grande échelle, au risque de graves blessures qui peuvent lui être fatales.

Off in the distance there is resistance bubbling up and festering

L'harpie était assise au pied de son lit, accoudée au bord de la grande fenêtre qui donnait sur le fond du ravin dans lequel avaient été construites les ruines dans lesquelles elle résidait depuis dix ans maintenant, au pays de Nouzar. La chaleur contrastait énormément avec ce qu'elle avait pu endurer auparavant, alors qu'elle résidait toujours à Pricaea, son pays de naissance. Devant elle étaient posés trois objets; un live à la reliure de cuir souple, cadeau de Paine, un petit pot d'encre et une plume.

Trois simples objets, qui lui avaient énormément servis depuis son arrivée à Rezvayaan.

Shilin soupira légèrement, se levant après un temps pour aller fouiller dans ses affaires. Elle avait un autre livre, identique à celui qui était posé à la fenêtre. La seule différence étant que celui qu'elle venait de sortir de son tiroir n'avait plus de pages blanches tellement elle avait écrit dedans. La jeune femme se rassied à son spot sur le lit, l'air bien sombre comme à son habitude, alors qu'elle feuilletait les pages dudit livre en relisant ce qu'elle y avait inscrit assez rapidement. A chaque page, le premier mot qui lui sautait aux yeux était «monstre».

Cher journal,
Aujourd'hui encore, je t'écris. Je n'en ai pas l'habitude encore, mais j'imagine que ca viendra. Je t'ai déjà dit que tu étais un cadeau de Paine? Il t'a donné à mon amie Saadie afin qu'elle t'amène à moi. M'enfin, c'est pas pour cela que je t'écris, journal, c'est parce que j'ai besoin de te parler.

Un passage comme tous les autres, dira-t-on. Mais non.

J'ai encore rêvé à ça. A ce que ce monstre m'a fait. Je voulais plus le voir, je VEUX qu'il disparaisse. Pourquoi est-ce que ça me fait mal, journal? Pourquoi est-ce que j'ai mal quand je le revois dans mes cauchemars? C'est tout ce qu'ils me montrent; ils me montrent ce qu'il m'a fait subir, ils me montrent les blessures que j'ai subies à cause de lui. Ils me montrent les pires moments que j'ai vécus, d'aussi loin que je me souvienne. Je veux que ça cesse...

Un soupir amer s'échappe de la bouche de la jeune femme, qui pose le livre sur le bord de la fenêtre.

Parfois je revois encore le sang sur mes draps. Je ressens encore la douleur dont j'ai été la victime depuis que je suis gamine. Je la ressens, et j'ai l'impression qu'on me déchire de l'intérieur, que je vais mourir tellement c'est douloureux. Quand j'y repense, j'ai vraiment honte d'avoir été trop faible pour faire quoi que ce soit.

Shilin finit par fermes les yeux un instant, alors que ces visions dignes des pires cauchemars l'assaillent de plein fouet. Ces images, ce visage, ce sourire malsain. Ce regard dégoûtant, brillant d'une lueur avide et d'un désir clairement obsessif. Le tout... dirigé envers une enfant.

Shilin elle-même, dans le cas présent.

... Au moins, physiquement, je ne suis plus maltraitée. Je me suis enfuie de mes géniteurs il y a quelques mois. Même si je ne fais pas totalement confiance aux gens de ce clan, surtout les garçons, les autres fillettes de mon âge m'assurent que je n'ai rien à craindre. Je dois avouer que je n'ai pas vraiment de raison d'être effrayée par leur présence.
Ils ne m'ont rien fait. On me loge, on me nourrit. Et grâce à eux, je me sens mieux.

L'unique prunelle dorée de la jeune harpie se manifeste de nouveau dans la pénombre alors que ses paupières se soulèvent, ses doigts caressant doucement la page à laquelle elle s'était arrêtée. Il y avait là, sur ce bout de papier jauni par les années, un mot, un nom qu'elle ne connaissait que trop bien maintenant, mais qui était, à l'époque, symbole d'ennuis et de soupirs.

Cher journal,
Tu sais, parfois, j'en ai marre des gens. Surtout ceux qui me tapent sur les nerfs. Paine m'a dit qu'écrire ce que je ressens m'aiderait à ne pas cracher ce que je pense à la tronche des autres. Alors c'est ce que je fais.
Cadence.  Voilà le nom de LA personne que je n'arrive absolument pas à endurer ici. Il m'a peut-être sauvée, mais bordel, un jour j'vais finir par m'énerver et il m'aimera pas quand ça va arriver. Il est TOUJOURS dans le coin. Impossible de faire quoi que ce soit sans qu'il vienne m'enquiquiner et me déranger. J'suis pas ici pour me faire des amis pourtant et je pense que j'avais été assez claire sur ce point. Bah, apparement, il va falloir que je le lui rappelle parce qu'il ne semble pas avoir compris.

Un léger sourire étira les lèvres de la jeune harpie, qui reprit la lecture de son journal, plusieurs pages plus loin, dans une entrée plus récente de ce vieux livre qu'elle avait complètement rempli.

Cher journal,
Je ne sais plus quoi penser. Je me suis habituée depuis quelques années à la vie ici, dans ces ruines, et tout va pour le mieux. Je me suis débarrassée de mes peurs et je vis ma vie comme je l'entends. Seulement, il y a plusieurs choses qui m'énervent, à commencer par ce que me dicte ma tête.
D'abord, il y a Cadence. Cet oiseau m'est absolument impossible à endurer. Mais quelque part j'ai l'impression que c'est beaucoup moins pire qu'au début. Me suis-je habituée à son tempérament trop joyeux? Peut-être. Je n'aime pas ça. J'ai l'impression de tolérer quelque chose alors que ce ne serait pas le cas en temps normal. Je ne l'apprécie pas.

Shilin feuilleta encore longtemps dans son vieux journal, jusqu'à temps que le dernier écrit ne se montre enfin, sur la toute dernière page.

Cher journal,
Aujourd'hui marquera certainement le début d'une nouvelle ère pour moi. Je ne sais pas par quelle magie mais... Je l'admets, finalement, après des mois à refouler l'idée et la refuser complètement. J'apprécie bien Cadence. Assez pour le considérer comme un ami des plus précieux parmi les membres du clan Sonata. Ce n'est pas parce qu'il m'a sauvée (quoique ca l'aide un peu en fait) que je dis ça, mais bien parce que, en disant, j'ai bien appris à le connaître.
Quelque part, j'ai l'impression qu'au fond, on est pas si différents, lui et moi. Et c'est cette impression qui me pousse à finalement l'accepter. Je ne sais pas jusqu'où ça ira, cette affaire,
mais je sais que je peux compter sur lui.

Un sourire égaya légèrement le visage de Shilin un instant, alors qu'elle fixait les lettres soigneusement inscrites sur le papier vieilli. Voilà que cet ajout à son vieux journal datait de quelques mois déjà. Tant de trucs s'étaient passés entre temps, et elle avait tellement de choses à raconter à propos de tout plein de trucs.

Elle ferma son vieux journal, le posa plus loin, puis pris la plume délicatement entre ses doigts, s'accoudant au bord de sa fenêtre avant de tremper le bout de son outil dans l'encre et se mettre à écrire sur les pages de son journal vierge.

Cher journal,
Cela fait quelques mois depuis que j'ai rempli mon premier journal jusqu'à la dernière page!
Je suis heureuse d'en avoir un nouveau. J'ai tant de choses à te raconter, à consigner sur tes pages encore blanches. Mais la plus importante des choses, c'est probablement la réalisation que j'ai eue depuis un petit moment. Je dois te le dire, parce que je sais que tu ne me jugeras pas, et que jamais tu ne trahiras mon secret.

Je pense que je suis en amour.

physique

Un soupir s'échappe d'entre les lèvres violacées de la jeune harpie, alors qu'elle observe son reflet dans les fragments de miroir brisé qui reposent à ses pieds. Ses sourcils épais, foncés, se froncent, des ridules de colère se forment sur son front, sous l'épaisse frange pourpre qui camoufle une partie de son visage. Sa bouche se forme en un rictus dégoûté, un sourire amer qui laisse entrevoir de longues canines acérées. Son regard se porte sur ses mains, sur les plaies qui s'y sont ouvertes suite à son excès de colère. Elle n'a jamais aimé ce qu'elle était.

Elle soigne ses mains à l'arrache. Visiblement, elle s'en fiche qu'elles guérissent bien ou mal. Sa peau rosée est déjà barrée de cicatrices, sur ses mains, sur ses poignets. Sur son visage, sous sa frange, là où il devrait y avoir une deuxième bille dorée comme sa prunelle valide, ne se trouve qu'une perle iridescente, blanche et invalide, la peau scarifiée de la ligne de ses cheveux jusqu'à sa mâchoire. Une vile cicatrice qui n'a jamais guéri et qui demeure un terrible souvenir de son passé. Un miroir cassé, au moins, est un rappel en moins de tout ce qui lui est arrivé dans sa jeunesse.

Un nouveau soupir s'échappe de ses lèvres pulpeuses alors qu'elle se redresse, son corps svelte et menu semblant se dresser droit comme un pillier. Là était sa force; se relever, ne rien laisser l'abattre. Les nombreuses cicatrices autres que celles de ses mains et ses poignets en sont la preuve irréfutable, la preuve que même les pires blessures ne peuvent l'empêcher de se remettre sur ses pieds. Shilin n'en a pas l'air, mais sous cette apparence fragile se cache une guerrière, prête à endurer tous les tourments du monde pour ceux qu'elle désire protéger.

Une fois debout et s'apprêtant à quitter la pièce, la jeune femme passe une main dans ses cheveux parfaitement démêlés, touchant les plumes et le duvet fin de ses grandes oreilles pointues. Le simple fait de toucher la texture de ces dernières est assez pour lui rappeler que son plumage était dû pour une toilette. C'est donc en soupirant qu'elle s'assied de nouveau au bord du bain, laissant l'eau s'y écouler alors qu'elle déploie ses grandes ailes sombres doucement, nettoyant ses grandes plumes aux nuances iridescentes de fuschia, de violet et de bleu ciel avec minutie et attention, retirant toutes traces de sang et autres saletés aussi efficacement que possible. S'il y avait bien une chose qu'elle aimait bien de son apparence, c'était bien son plumage sombre. Sombre comme son esprit, sombre comme son coeur.

Une fois tout cela fait, Shilin se dirigea à sa chambre sans prendre la peine de s'habiller avant de sortir, sachant que personne ne la croiserait de toute façon. La lumière filtrant au-travers des quelques tissus tendus devant les fenêtres faisaient luire sa peau rosée, son oeil doré à la pupille fendue semblant s'illuminer d'une lueur à en donner froid dans le dos. Les marques pourpres sur ses joues semblaient encore plus vives et l'anneau qu'elle portait à sa narine droite brillait de son éclat métallique terne. L'on aurait pu observer cette créature dans toute sa gloire, l'on aurait pu voir les cicatrices barrant son ventre, ses cuisses, son dos, ses flancs. L'on aurait vu ses ongles semblables à des griffes sombres s'enrouler autour de la poignée de la porte qui donnait sur sa chambre. L'on aurait vu ses jambes puissantes mais fines soulever ses pieds semblables aux pattes d'un oiseau, aux trois orteils terminés par des serres acérées. L'on aurait vu à son expression qu'après toute la merde qu'elle a vécue en 20 ans d'existence, eh bien, elle s'en fiche qu'on la voie toute nue ou pas. C'est pas ce qui allait changer quoi que ce soit à sa vie. Mais comme il n'y avait personne, eh bien, personne ne le sait.

Ses pas silencieux la menèrent à son lit, où étaient déposés ses vêtements propres. Elle enfila ses sous-vêtements, puis sa robe violette asymétrique, ouverte d'un côté et finement travaillée par ses propres soins, avant de bander ses jambes comme elle le faisait toujours, de la mi-cuisse jusqu'aux pieds, laissant ses serres bien visibles. Elle enfila ensuite sa capeline, passant ses oreilles dans les trous de son capuchon avant de sécuriser le tout avec ce crâne d'oiseau qu'elle porte sur l'épaule droite, retenu par une corde épaisse et brune. Les derniers accessoires qu'elle enfila furent ses brassards et la ceinture qu'elle porte à la taille, après quoi elle s'assura de bien placer sa france sur son visage afin de cacher sa cicatrice et son oeil iridescent, puis elle quitta sa chambre afin de n'y revenir qu'à la nuit tombée.

mental

La prunelle dorée de la jeune harpie scrute les alentours d'un air minutieux, déterminé à ne faire aucune erreur. Vitesse, précision. Ce sont tes forces, se répète-t-elle mentalement, en boucle comme si elle tentait de s'en convaincre. Un couteau de lancer entre les doigts, elle s'assure de ne pas être vue, concentrée sur sa victime. Un, deux, trois pas. Sa précision mortelle ne manque pas encore aujourd'hui; la lame qu'elle tenait seulement quelques secondes plus tôt était maintenant logée juste à la nuque de l'ennemi, le tuant instantanément. Un léger sourire fier se peint sur les lèvres pourpres de la jeune harpie, qui récupère son arme rapidement avant de quitter le lieu de la mission.

Pourquoi faisait-elle ce genre de chose? Pourquoi tuait-elle les cibles qu'on lui donnait? Simplement parce qu'elle voulait protéger les siens, ses frères et soeurs du clan Sonata. Ces enfants tous jeunes qui, comme elle il y a dix ans maintenant, ont été trouvés, sauvés, reccueillis par les membres du clan de Paine Sonata, qui les ont adoptés, leur ont offert un toît et de quoi se nourrir, se vêtir. Elle le faisait parce que ces gens, ils sont sa véritable famille, pas comme ces gens ignobles qui l'ont amenée en ce monde.

Une grimace déforme les traits relativement calmes de la jeune harpie. Alors ca c'était un sujet délicat. Tant de haine en cette jeune créature, une haine orientée envers ses géniteurs. Particulièrement son paternel, pour tous les tourments qu'elle a subis à cause de ce monstre. Seulement, ces souvenirs, elle évite de les mentionner. La seule personne qui pourrait potentiellement en être au courant, c'est Paine lui-même, l'homme l'ayant reccueilli et que la jeune femme considère comme son véritable père. Personne d'autre n'est au courant de son terrible secret.

Le corbeau s'éloigne lentement de la bâtisse où elle a mené à bien sa mission,
une fois à bonne distance de cette dernière. Un souffle de soulagement lui échappe, elle ferme les yeux un instant. Ce sentiment de fierté qui l'envahissait après chaque mission accomplie lui était tout simplement satisfaisant. Le simple fait de savoir que son clan serait sauf une nuit de plus grâce à elle la rendait heureuse l'espace de quelques heures, chassait ce sentiment constant d'être inutile, de n'être bonne à rien.

Car oui, ce sentiment d'être inutile, de n'être qu'un poids mort, de ne rien amener de positif pour les gens qu'elle aime; ce sentiment la hantait depuis sa plus tendre enfance. Elle ne voulait pas déprimer, mais c'était difficile de ne pas vouloir s'ouvrir les veines quand toute sa jeunesse, c'était tout ce qu'on lui répétait, qu'on lui martelait dans le crâne à toutes les occasions qu'on avait, avec des mots qu'un enfant ne devrait pas comprendre à un âge si jeune; pathétique, inutile, déception, problème, chose.

Shilin chassa ces souvenirs de ses pensées, affichant à la place un immense sourire, prenant deux des enfants du clan Sonata dans ses bras en tournoyant, une fois arrivée au repaire. Il ne fallait pas qu'elle montre qu'elle était vulnérable, qu'elle souffrait de dépression et d'idées noires. Les autres avaient déjà assez de soucis comme ça.

Derrière l'écran

Bonjour tout le monde, je me présente, Shilin ♥ Aussi connue sous le pseudo SojaOkita ou CrossedFates sur les internets! J'ai présentement 19 ans, ca fait environ 7 ans que je fais du RP (oui j'ai commencé jeune /pan/)
Et j'ai tellement aimé que j'ai continué depuis. Je débute en septembre mon BAC en Création de Jeux Vidéos à l'université et j'ai vraiment hâte de commencer xD J'suis artiste, je dessine depuis que je suis toute petite, et j'adore écrire et inventer des histoires. Steyria c'est notre bébé à moi et Cadence, on a travaillé fort dessus et on compte sur vous pour que vous apportiez votre petite touche à notre univers ♥
©linus pour Epicode


Shilin vous parle en #CC0066 ♥

Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Steyria RPG :: Espace personnages :: Présentations :: Présentations validées :: Nouzar-
Sauter vers: