♦♦♦
 

 :: Royaume de Nouzar, peuple du désert :: Madina :: Plaza centrale Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Valse de plumes || Shilin ♥

avatar
Messages : 37
Date d'inscription : 16/05/2017
Voir le profil de l'utilisateur
Jeu 22 Juin 2017 - 19:14
Valse de plumesCadence & ShilinI hear a voice say : don't be so blind. It's telling me all these things that you would probably hide. Am I your one and only desire ? Am I the reason you breathe ? Or am I the reason you cry ? (Saliva → Always)C'était une journée assez fraîche aujourd'hui à Madina. Et comme c'était plutôt rare que le soleil ne tape pas comme un tyran sur nos têtes, les gens sortaient beaucoup plus que d'ordinaire. En fait je crois bien que j'ai jamais vu autant de monde rassemblé sur la place principale, devant le palais. C'était les marchands du coin qui devaient être heureux tiens, à se remplir les poches... Et bientôt moi aussi! Enfin, je l'espère. Et puis c'est pas non plus mon but principal en venant ici que de me faire de l'argent. En fait, Paine m'avait confié une mission. Enfin, il NOUS avait confié une mission, à Shilin et moi, comme souvent. Apparemment, un ancien voleur de son clan menaçait de nous nuire et il fallait le faire taire au plus vite. Quelques personnes étaient déjà revenues avec des informations à son sujet et Papa Chef nous en avait fait part afin que l'on puisse réussir la mission le mieux possible.

Ce type s'était fait plaisir en ouvrant un bordel aux abords de la place de Madina justement, il y a quelques mois. Et il criait à qui voulait l'entendre que Paine Sonata était toujours vivant, quelque part aux ruines de Rezvayaan. C'est vrai qu'on avait vu énormément de monde tenter de s'infiltrer chez nous au cours des dernières semaines... Alors autant régler l'affaire une bonne fois pour toutes. Evidemment, tuer c'est pas moi qui le fera sauf si j'y suis forcé, c'était un truc plutôt du ressort de ma camarade, moi je fais diversion. Tuer j'trouve ça sale, c'est moche et ça ruine le plumage de tâches de sang. Et mes plumes je tiens à les garder les plus belles possibles quand même!

Bon j'éviterais de dire ça devant Shilin parce qu'elle risque d'avoir envie de me taper, mais c'est la réalité! D'ailleurs j'étais en train d'apprêter mon beau plumage en prévision du petit spectacle que j'allais donner sur la place, juste en face du supposé bordel de notre cible. Ca devait être là à mon avis, vu les créatures pulpeuses et sexy qui entraient et sortaient en plus d'aguicher les hommes qui passaient sur leur devanture. Certains se prêtaient au jeu d'ailleurs et je fronçais un peu le nez en une grimace de dégoût. En ce genre de femmes n'était pas du tout mon style. En fait elles me faisaient peur même. Je préférais de loin les femmes plus naturelles. Comme Shilin. Elle, elle est jolie, je l'aime bien. Et j'aime encore plus l'embêter et lui casser les pieds. Je suis sûr qu'elle apprécie mes taquineries au fond, personne ne me résiste après tout!

Oops, je m'égare dans mes pensées encore une fois. Allez concentre toi Cadence, fait ton spectacle, comme ça tu pourras faire du repérage sans éveiller de soupçons et ça permettra à ton amie de faire de même sans se faire prendre. Je fais craquer mes articulations avant de bondir sur l'estrade la plus proche. Estrade qui se révéla être les étalages d'un des commerçants, qui se mit à pester contre moi. Il devrait être honoré que je sois là au lieu de me crier dessus franchement! Je le fais taire subtilement en posant une de mes pattes sur sa bouche puis je le repousse au fond de son stand avec une impulsion sèche mais bien placée avant qu'il n'ait le temps de faire quoi que ce soit. Rien que par ce geste, je viens d'attirer l'attention des passants. Au moins une bonne chose de faite! Fier de moi et arborant un sourire radieux, je tends les bras de chaque côté avant de faire mon annonce.

"Mesdames et messieurs! Le grand moi, Cadence, va vous présenter un spectacle de danse sous vos yeux ébahis!"

J'en rajoutais toujours des tonnes selon les autres, mais je trouvais que ça avait plus de gueule en donnant ce genre d'effet de grandeur. J'exagérais mes gestes, je haussais le ton, un peu comme ces marchands sans scrupules qui tentaient de vous refiler de la camelote en échange d'une somme d'argent qui vous ferais vendre un rein pour éviter de finir à la rue. Sauf que moi je n'étais pas un escroc. Enfin, pas aujourd'hui au moins. Ca m'arrivait parfois de devoir escroquer pour arriver à mes fins, mais ça c'est un secret entre nous hein. Je sautais gracieusement de mon estrade provisoire avant que son propriétaire ne tente à nouveau quelque chose contre moi, et bon dieu qu'il eut l'air débile à manquer de passer par-dessus son étalage en voulant me pousser. Je retenais un rire, même si ça se voyait parfaitement que la situation m'amusait. Tout comme elle amusait les enfants présents non loin.

En vérité... Je n'avais pas vraiment de spectacle prévu dans l'immédiat. J'improvisais tout actuellement et j'étais sûr que ça risquerait d'agacer Shilin qui devait se dissimuler actuellement dans la foule. J'avisais non loin de moi un groupe de musiciens que, je l'avoue, je n'avais pas repéré plus tôt. Je m'approche donc en bondissant avant de les désigner du doigt.

"Vous! Vous pouvez jouer un petit air? N'importe lequel fera l'affaire!"

Le groupe s'était concerté du regard, visiblement ma requête était inattendue. Je croisais les bras en attendant leur réponse. Raaaah les musiciens devaient être prêts à toutes éventualités, j'en avais connu des plus réactifs que ça! Finalement, le doux son des instruments s'harmonisant entre eux s'éleva dans les airs. Un sourire satisfait se dessina sur mes lèvres tandis que je me tournais vers mon public. Je voyais des curieux commencer à s'arrêter également, et la foule devenir de plus en plus dense.

"C'est parti!"

Je commençais à virevolter au son de la musique, improvisant totalement mes pas. Mais je savais exactement comment faire pour harmoniser le tout et parfois je déployais mon unique aile pour laisser mes plumes dorées refléter les rayons du soleil. J'entraînais aussi des enfants dans la danse, comme j'avais l'habitude de le faire avec ceux du clan Sonata. L'amuseur que j'étais détournait l'attention générale, c'était maintenant au tour de Shilin d'entrer dans la danse. Et je lui mâchais un peu le travail, puisque les femmes de petite vertu sortait progressivement du bordel par curiosité, en entendant la musique retentir. Avec un peu de chance, notre cible aussi serait bientôt dehors.
© 2981 12289 0



Cadence vous séduit en #cc6600~
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 21
Date d'inscription : 16/05/2017
Voir le profil de l'utilisateur
Ven 23 Juin 2017 - 22:58


Valse de plumes

Il n'y a qu'avec toi que je danserai


«Ah non, pas encore…»

Je tique de l’oeil alors que je fixe la scène se déroulant devant moi depuis ma cachette, soupirant d’un air absolument découragé. Bordel, Cadence, tu sais vraiment pas te faire discret, visiblement.

Aujourd’hui aurait été un jour comme les autres si Paine s’était décidé à envoyer quelqu’un d’autre afin d’accomplir cette mission. Je serais volontiers restée au repaire à m’occuper des enfants, à m’entraîner au combat dans mon coin ou encore à dormir, tout simplement. C’aurait été une journée magnifique, oui, si j’avais pu rester à la base. Seulement, le chef en avait décidé autrement. Il avait décidé de m’envoyer en mission.

Ca ne m’aurait pas dérangée, puisque je me débrouille assez bien avec ce genre de choses. Sauf qu’aujourd’hui je devais me coltiner LA personne la moins qualifiée pour une mission d’assassinat comme celle dont on nous avait chargés. Et cette personne était nulle autre que Cadence.

Je crois qu’il ne comprend pas le mot «discrétion».

Je soupire. Cet oiseau-là était absolument impossible. Peu importe ce qu’on lui dit, ca rentre d’une oreille et ca ressort de l’autre. Il est facilement distrait et, comme je l’ai dit, ce con ne comprend pas qu’une mission d’une telle importance doit se faire dans la plus haute discrétion. Quoique depuis toujours, «Cadence» et «discret» ne sont jamais deux mots qui se retrouvent dans la même phrase lorsqu’on le décrit. Surtout alors qu’il était en train de faire l’idiot sur la place publique de Madina, à se donner en spectacle comme il le faisait présentement.

Erh. Combien de temps encore devrais-je l’endurer? Paine semble déterminé à nous faire travailler ensemble à tous les coups. Ses raisons m’échappent et je ne questionne pas (ou peu) ses décisions, parce qu’après tout, c’est Paine quoi. On questionne pas les décisions de Paine.

M’enfin. Pour une fois, je dois l’avouer, Cadence se faisait utile à se donner en spectacle comme il le faisait actuellement. Ca créait une diversion, et c’attirait l’attention des autres qui étaient sortis par cette journée plutôt fraîche en comparaison avec le reste de la saison chaude à Nouzar. Si bien que même ces horreurs trop maquillées du bordel du coin avaient commencé à quitter l’établissement afin d’aller voir ce qui se passait. Je ne peux retenir une grimace de dégoût face à leur vue, alors qu’elles passent près de ma planque en se portant comme des femmes dignes de ce nom. Avec leurs corsets trop serrés, leurs seins remontés si hauts qu’elles pourraient s’étouffer dedans, et ces jupes trop courtes, sans mentionner les taches suspectes çà et là sur leurs vêtements, elles étaient totalement dégueulasses. Par contre, je n’appréciait absolument pas le fait qu’elles fixent mon coéquipier comme elles le faisaient, avec envie, peut-être même des intentions impures. C’était assez pour faire bouillir le sang dans mes veines, au point où je les aurais volontiers éliminées sur le champ. Je n’aime pas ce genre de femmes; trop avides, trop artificielles. De trop petite vertue aussi, et prêtes à tout pour un peu d’argent. Quoique, au fond, vu tout ce qui m’est arrivé durant mon enfance, je n’étais peut-être pas bien mieux qu’elles.

J’en eus un haut-le-coeur à cette pensée alors que des souvenirs horribles se manifestaient peu à peu dans ma conscience. Ce genre de chose m’arrivait assez souvent ces derniers temps. Je n’aimais pas ça. Je préférais de loin endurer les taquineries de l’autre con là, qui dansait sur la place de Madina en faisant luire son plumage au soleil. Quelles belles couleurs, d’ailleurs… AH NON. Concentre-toi Shilin, t’es pas ici pour te laisser distraire. T’as une mission à accomplir et il ne faut surtout pas la bâcler parce que ce con danse tellement bien qu’il finit par attirer ton attention de toute manière…

Une, deux claques que je me donne pour me ramener à la réalité, et finalement j’arrive à regarder ailleurs, plus précisément vers l’entrée du bordel, où les prostituées avaient cessé de soritr après quelques minutes puisqu’elles étaient toutes rassemblées avec la foule autour de l’endroit où mon camarade de mission faisait diversion. Devais-je attendre? M’y faufiler en douce? Je ne savais pas. Une chose était sûre, la cible était certainement encore à l’intérieur. Pas un homme n’avait pointé son nez hors de la bâtisse depuis le début. Et après quelques minutes, je me dis qu’au final, je devrais aller voir par moi-même.

Je jette un dernier regard en direction de Cadence, avant de siffler en immitant le gazouilli d’un oiseau. Juste pour signaler que je change de position, que j’ai décidé de me rendre à l’intérieur pendant que ces femmes dégoûtantes n’y étaient plus. Alors je m’élance, d’un pas silencieux et rapide, me faufilant à l’intérieur avant que quelqu’un ne puisse me repérer.

Ce que je trouve à l’intérieur me fait lever les yeux au ciel. La scène est typique de tout bordel mal géré; tables renversées, chaises détruites, bar sale, vomissures au sol, des verres et pichets reposant au plancher en morceaux, sans oublier l’occasionnel vêtement sale et taché de substances suspectes laissé de part et d’autre de la grande pièce principale. Un homme ou deux étaient avachis sur leurs chaises, un autre était penché sur le bar, visiblement ivre-mort. L’endroit empestait l’alcool, le sexe et les vomissures et, franchement, j’en eus presque une deuxième envie de vomir. Heureusement je réussis à faire en sorte que mon dîner reste bien dans mon estomac.

Je fais attention d’éviter tout contact avec les éclats de verre et les trucs étranges au sol alors que je m’aventure plus loin dans le bâtiment, concentrée à ma tâche. Grâce aux descriptions que Paine m’avait faites (que Cadence n’a pas écoutées ou retenues, je suppose), j’ai une bonne idée de qui je dois éliminer. Un homme ans sa vieillesse, aux cheveux gris et aux traits ridés, à la peau foncée et aux nombreuses cicatrices au visage. C’est à cause de cette vieille carcasse qu’on a eu des tentatives d’infiltration au repaire, ces dernières semaines, et je me dois de l’éliminer au plus vite afin de protéger mes frères et soeurs du clan Sonata. Plus vite c’est fait, et mieux ce sera. Je cherche donc le bordel de fond en comble; je cherche des trappes secrètes, des pièces dissimulées, des pièges ou autres. Je ne sais pas trop à quoi m’attendre, mais je me pare à toutes éventualités. Sauf que plus je cherche, moins je comprends; ce connard, je ne le trouve pas. Pourtant, il n’y a aucune autre sortie que l’entrée principale, et je n’ai croisé personne à part les trois ivrognes à l’entrée. A moins que notre homme soit l’un de ces soûlons, je ne vois pas où il aurait pu se cacher.

Je m’aprête à redescendre à la pièce principale, quand j’entends un bruit suspect. Mon corps fige un instant avant que j’aie le réflexe de me plaquer contre un mur, près de la porte pour éviter d’être repérée et pour avoir l’occasion d’attaquer par surprise s’il s’avérait que c’était quelqu’un qui me voudrait du mal. Mon coeur bat bien fort dans ma poitrine, alors que je porte une main à ma ceinture pour en retirer ma dague, tous sens en alerte. Au moindre signe suspect, je suis prête à attaquer.




(c)LOKIA


Shilin vous parle en #CC0066 ♥

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 37
Date d'inscription : 16/05/2017
Voir le profil de l'utilisateur
Sam 24 Juin 2017 - 0:26
Valse de plumesCadence & ShilinI hear a voice say : don't be so blind. It's telling me all these things that you would probably hide. Am I your one and only desire ? Am I the reason you breathe ? Or am I the reason you cry ? (Saliva → Always)Je m'amusais comme un petit fou, à danser en rythme avec la musique jouée. L'atmosphère se détendait petit à petit et un petit air de fête commençait à planer au-dessus de la foule rassemblée autour de moi. Un grand sourire se dessina sur mes lèvres. L'ambiance actuelle ne pouvait que m'encourager à continuer de tournoyer sur le petit espace que les curieux me laissaient. Des enfants couraient et slalomaient entre mes pattes et mes plumes en criant et rigolant, ils étaient absolument adorables et me rappelaient vraiment mes frères et soeurs qui étaient encore au repaire.

En fait, je m'amusais tellement que je ne faisais pas attention ou presque aux signaux sonores que m'envoyait Shilin discrètement. J'avais gardé dans un coin de mon esprit qu'elle était rentrée dans le bordel mais j'eus vite fait de l'oublier en voyant une petite fille âgée d'à peine 5 ans sautiller en tendant les bras vers moi. Elle était tellement adorable! Je n'ai pas pu résister et je la pris donc dans mes bras avant de l'installer sur mes épaules et tournoyer doucement mais gracieusement sur moi-même. La petite riait aux éclats et ça ne fit qu'agrandir mon sourire déjà radieux. Voir les enfants heureux, ça me rendait heureux! Pouvoir allumer cette étincelle de bonheur chez les gens c'était quelque chose que j'adorais faire. Après tout, on avait beaucoup trop de soucis dans la vie alors autant les écarter de nos pensées l'espace d'une fête ou d'une danse. Et les gens actuellement commençaient tous à se prêter au jeu et à suivre le rythme endiablé qui retentissait sur la place principale de Madina.

En revanche ce que j'appréciais un peu moins c'était ces femmes du bordel qui s'approchèrent de moi une fois que j'eus laissé la petite fille retourner voir ses parents. Bon, je devais rester beau et classe alors je n'en montrais rien, me recoiffant en vitesse en passant une main dans mes cheveux et de gonfler le torse. C'était une attitude habituelle chez moi, même si là j'avais franchement envie de vomir à la vue de certaines de ces galères. Faisant mine de me pavaner je continuais de danser pendant que ces damoiselles ressemblant plus à des travestis qu'à des dames pour certaines tentaient de m'aguicher pour venir à elles. Je forçais juste un sourire dans leur direction... Avant de soudainement me rappeler la mission. Parce que oui, évidemment j'avais réussi à l'oublier. Shilin me tuerait pour ça... Mais tant pis, au final ça m'avait donné une bonne idée pour m'infiltrer à mon tour! Comment ça l'infiltration c'est pas mon truc? Mais si ça va aller, j'ai trouvé la bonne combine!

Je m'arrête donc au niveau des prostituées, sans me défaire de mon air fier et un peu sauvage habituel. L'une d'elles s'avance vers moi, elle doit avoir... 30 ou 40 ans? Je saurais pas dire, elle a trop de maquillage sur le visage on voit même plus sa peau avec tout ça. Elle s'adressa ensuite à moi d'une voix un peu rauque qui se voulait... Sensuelle? On aurait plutôt crû entendre le son d'un silex grattant une paroi de pierre c'était pas très agréable.

"On danse bien à ce que je vois bel oiseau~"

"Oh, merci! J'adore danser, c'est toute ma vie!", répondis-je en toute innocence.

"Mes amies et moi pourrions te montrer une autre forme de danse qui te plairais, si tu en paies le prix évidemment~"

Je me retenais de rire cette fois, à grand peine. Mes lèvres se pincèrent légèrement et mes sourcils se froncèrent un peu avant que je ne me remette à sourire comme un gros benêt. J'allais certainement pas payer pour la danse qu'elle me promettait, ah ça non! Quitte à la faire autant que ce soit quand je l'aurais décidé, gratuitement et avec une belle femme par dessus le marché, pas l'une de ces... Choses. Mais bon, comme ça faisait partie de mon plan, je rentrais dans leur petit jeu. Je voulais faire ça bien, comme ça Shilin pourra être fière de moi pour une fois! Enfin, je pense qu'elle le sera... Je sais pas en fait. Je hochais donc la tête à la proposition de la sorciè- de la femme de petite vertu.

"J'ai ce qu'il faut! Ca se passe où?"

"Par là-bas, mon chou.", répondit-elle en s'éloignant avec ses camarades et collègues vers le bordel.

Je fis un saut victorieux pendant qu'elles avaient le dos tourné. Mon plan était en train de fonctionner même si j'avais failli me moquer, elles n'y voyaient que du feu. Appelez-moi Cadence, le plus grand espion de tout les temps et bien plus encore s'il vous plaît, j'ai le droit au respect maintenant ok? Bref, ne perdons pas de temps! Cadence le Magnifique doit suivre ces... Bariolesques créatures avant qu'elles ne se doutent d'un truc. Quelques secondes plus tard nous étions à l'intérieur du bâtiment... ET PUTAIN C'EST QUOI CE BORDEL? Sans mauvais jeu de mots... C'était vraiment un bordel bordélique, c'était sale, des ivrognes à moitié morts un peu partout et des trucs non identifiés par terre dont j'ai pas vraiment envie de connaître l'origine... Ew, sortez moi de làààààààà!

Je crois que ma bonne étoile vient de me poser un stop puisque d'un coup, je me retrouve poussé dans un amas de coussins sales et miteux par la même femme que tout à l'heure. Je retiens un petit cri d'horreur, parce que la vache, elle est encore plus moche vue en contre-plongée celle-là! Et maintenant voilà qu'elle vient me coller... Si je ressors de cette expérience sans aucuns traumatismes c'est un miracle. Il fallait que je trouve un échappatoire maintenant, j'ai pas envie de me faire toucher de cette façon par ce genre de personnes, vraiment.

Soudain, du coin de l'oeil, j'aperçois furtivement quelques plumes violacées disparaître au coin d'un des couloirs. Shilin est là, je n'ai plus qu'à la rejoindre! un sourire soulagé commence à se dessiner sur mes lèvres, sourire qui disparaît bien vite en me rendant compte que ma camarade est suivie par un type à l'air plutôt suspect avec un sabre incurvé à la ceinture. Bon ben, je pense que je l'ai mon échappatoire en fait. Alors que la vieille allait poser ses grosses lèvres trop maquillées sur moi, je m'écarte vivement et me redresse sur mes pattes. Elle me regarde avec un air bourré d'incompréhension pendant que je m'éloigne.

"Désolé je dois... Euh... Passer aux toilettes, je suis à vous dans un instant!"

Je crois que ce mensonge est aussi gros que le soleil lui-même. Mais je ne m'attarde pas et disparaît dans les couloirs du bordel, en direction de l'endroit où j'ai vu disparaître Shilin et l'homme qui la suivait un peu plus tôt. Je jetais rapidement des coups d'oeil dans les pièces aux tentures ouvertes au cas où, puis finalement, j'aperçus Shlin, tapie au coin d'un mur et juste en face l'homme qui la suivait. Bon, en plus de lui sauver la peau, ce serait ma chance de me prendre pour un héros. Ca arrivait pas souvent, mais j'aimais beaucoup quand ça arrivait. J'espérais même qu'un jour mon amie harpie finisse par me tomber dans les bras en soupirant un "Cadence, mon héros!" mais ça je crois que j'ai encore le temps de rêver.

Je me précipite donc dans la direction du type au sabre avec vivacité, dans la semi-obscurité, on apercevait uniquement le faible éclat doré de mes plumes se mouvant droit devant. Une fois à bonne hauteur et pour profiter de l'effet de surprise, j'envoyais mes plumes à la figure de l'homme, qui recula de surprise.

"Pas touche à la belle dame, gros tas!"

Il eut à peine le temps de se rendre compte de ce qui se passait que mon pouvoir commença à faire effet sur lui et qu'il se mit à danser sans pouvoir s'en empêcher. Et comme je n'avais pas d'arme, ma seule solution pour le mettre KO fut de l'envoyer tête la première dans le mur le plus proche, en espérant qu'il ne se réveille. Je ne pris pas la peine de vérifier qu'il était hors d'état de nuire, à la place je me tournais vers Shilin, poing sur les hanches en affichant un air fier.

"Hey t'as vu, je suis entré sans me faire repérer! Et je t'ai sauvé la vie tu peux me remercier~"

Trop occupé à me pavaner, je ne faisais pas attention à l'ennemi qui se redressait en grognant dans mon dos, tout ça parce qe j'étais trop fier de mon coup, encore une fois!

© 2981 12289 0



Cadence vous séduit en #cc6600~
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 21
Date d'inscription : 16/05/2017
Voir le profil de l'utilisateur
Sam 24 Juin 2017 - 8:12


Valse de plumes

Il n'y a qu'avec toi que je danserai


J’ai le coeur qui bat la chamade, au point où j’ai l’impression qu’il s’apprête à éclater. Je retiens mon souffle comme je le peux en tentant de demeurer silencieuse, alors que mon regard balaie la pièce où je suis cachée rapidement. Je devais trouver une façon de faire diversion, et vite, avant que la personne qui allait entrer dans la pièce ne me trouve. Mais comment faire diversion quand il n’y a absolument rien que je pouvais utiliser à mon avantage? Certes, il y avait des draps posés sur le lit trônant plus loin dans la pièce, peut-être que je pourrais faire quelque chose avec ça. Pourtant, là n’était pas le temps de réfléchir. Mon ouïe fine capte le bruit des pas feutrés de l’inconnu s’approchant dangereusement de ma position, et je fige de nouveau. Je n’ai pas le choix, je dois attaquer lorsque la personne se montrera dans la pièce. Chose que je fis dès que l’homme aigri apparut devant moi, tel que Paine me l’avait décrit.

Je fais un pas vers l’avant, m’abaissant de justesse en évitant un coup de sabre, lançant ma propre attaque contre ce type. Seulement, alors que je m’élance pour planter ma lame dans le corps de l’homme, un faible éclat doré attire mon attention dans la pénombre et, d’un coup, l’agresseur s’est reculé après avoir reçu quelque chose à la figure. Chose que j’ai pu rapidement identifier comme étant des plumes. Des plumes que je ne connaissais que beaucoup trop bien, pour les avoir observées longuement certains jours où je ne faisais rien au repaire et que la personne à qui elles appartenaient était dans les environs.

Pendant quelques secondes, je fermai les yeux en espérant que tout ceci n’était qu’un rêve. Qu’au lieu de voir ces plumes, l’homme m’avait mise hors d’état de nuire, inconsciente au sol. N’importe quoi sauf la situation actuelle. Je me pince le dos de la main discrètement avant de grimacer, ce qui me fait soupirer – soupir que je retins de justesse, d’ailleurs, alors que la voix de Cadence s’élevait dans la pièce du bordel. Je me redresse lentement, tentant de conserver un air neutre alors que j’ai clairement l’envie de faire un meurtre. Mon aura suffisait à le faire comprendre, et un coup d’oeil à mon regard doré laissait clairement savoir que je n’étais pas d’humeur à rigoler, surtout alors que cet imbécile d’hybride venait de complètement ruiner mon coup. J’aurais pu le tuer d’un coup ce connard, mais non. Cadence était intervenu avant que je puisse le faire.


«Nan, t’es entré et t’as ruiné ma chance de le buter d’un coup! Et tu rêves en couleur si tu crois que j’vais te remercier pour avoir bousillé mon opportunité.»

Je le fixe en croisant les bras, sourcils froncés et l’air sérieuse. Depuis le temps, il devrait le savoir, que je hais quand il fait ca! Il le sait que j’arrive à me débrouiller seule, mais ce con insiste toujours pour être là alors que je n’ai pas besoin de son aide. Enfin, je l’ai dit et je le répète, avec Cadence, quand on lui parle ca entre d’une oreille et ca ressort de l’autre. J’arriverai jamais à lui faire comprendre que ca m’énerve quand il me «sauve» alors que clairement, j’aurais pu gérer la situation moi-même. Mais comme je suis têtue, je vais quand même le lui redire. C’est donc avec un air bien en colère que je m’approche et que je tire sur sa cape, afin qu’il soit à ma hauteur.

«Là tu vas m’écouter une bonne fois pour toutes. Tes enfantillages tu te les gardes, ok? J’ai pas besoin qu’un grand gamin m’accompagne dans ces missions, je gère par moi-même. Alors soit tu te calmes et tu m’écoutes, tu fais ce qu’on te demande et tu restes DISCRET, soit je t’assome la prochaine fois et je t’attache à une grosse pierre et je te laisse au repaire. Compris?»

A peine ai-je dit cela que je capte du mouvement par-dessus l’épaule de Cadence. Aussitôt, mon regard est attiré derrière lui, sur la silhouette de l’homme qu’il avait -mal- assomé plus tôt. Je gronde et je soupire, poussant Cadence hors de mon chemin avant d’activer mon pouvoir, dirigeant mon contrôle sur l’ennemi, qui se retrouve plaqué au sol sous l’effet de la gravité accrue. Je m’approche tranquillement et plante ma dague bien profondément dans sa main, la transperçant en coinçant bien la lame dans le plancher pour l’empêcher de fuir.

«Toi tu restes là.»

Je me relève ensuite alors que la cible hurle de douleur, retirant l’effet de mon don par la même occasion. Je reviens ensuite vers Cadence. Je ne suis plus de bonne humeur. J’étais contente là, de me dire que les choses allaient bien et que j’arriverais à compléter la mission sans me faire déranger. Mais non, monsieur trouve un moyen de ruiner mon groove. S’il n’avait pas fait partie du clan Sonata comme moi, je l’aurais jeté par la fenêtre et je l’aurais laissé tomber jusqu’au sol. Peut-être que je l’aurais étouffé, aussi. Ou pas en fait. J’en sais rien. Je sais simplement que je lui aurais fait passer un mauvais quart d’heure.

Alors je m’approche, mon expression neutre étant devenue irritée maintenant. Les résidus de ma bonne humeur s’étaient envolés telles des plumes dansant avec le vent. Comme celles de Cadence, tout à l’heure, quand il dansait. Les reflets du soleil sur les siennes les rendaient si jolies… Non, Shilin, commence pas. Il faut rester concentrée. Tu t’apprêtais à le sermonner. Encore. Même s’il était de deux ans ton aîné. Tu ne supportais juste pas sa manie de toujours te voler tes meilleurs coups.


«D’ailleurs arrête de jouer aux héros et essaie de prendre les choses plus sérieusement. Tu sais qu’on risque nos vies chaque fois qu’on quitte le repaire, oui? Et des coups comme tu viens de faire, ca peut éventuellement faire foirer nos missions. Alors tu te calmes et tu t’en tiens au plan.»

Je dis ça, mais quelque part je sais que je parle dans le vide, que mes mots vont tomber dans des oreilles sourdes. Il ne m’a sûrement pas écoutée, en fait. Cette seule pensée me frustre assez pour que je soupire et retourne voir le vieil homme, toujours au sol et qui tentait en vain de retirer ma dague de sa main. Je le fixai un instant avant de m’agenouiller devant lui et lui agripper la tête fermement, alors que lui s’agitait furieusement en essayant de s’échapper. Et sans remords je lui fais tourner la tête d’un coup sec, trop loin, lui éclatant les vertèbres du cou et le tuant instantanément. Une bonne chose de faite, au moins. Cela fait, je me relève et je jette un regard aux alentours, avant de fixer Cadence d’un air un peu plus suspect pour le coup.

Effectivement, plus j’y pense, moins c’est logique. Comment est-ce qu’il était arrivé là, d’abord? Il n’aurait jamais pu s’échapper d’une telle foule sans se faire repérer. D’une, il est trop fier pour ne pas montrer son plumage et se pavaner comme un paon devant des femelles en saison de rut. De deux, l’oiseau était loin d’être assez discret pour arriver à se sauver en douce alors qu’il est le centre d’attention. Surtout pas avec un plumage aussi coloré que le sien. Des plumes dorées aux détails bleutés, on en voit pas souvent.

Bref. Mes réflexions me faisaient douter de plus en plus du comment du pourquoi Cadence se trouvait ici, dans cette même pièce que moi, alors que la dernière fois que je l’avais vu, il dansait comme un idiot sur la place publique de la capitale. Je suis sûre qu’à un moment, il en avait complètement oublié la mission. Chose beaucoup trop typique de sa part. Et c’est donc en haussant mon sourcil visible et l’air plus irritée qu’autre chose que je me tourne vers lui, croisant les bras et le fixant, une lueur froide mais curieuse dans le regard.


«Comment t’as réussi à ramener ton cul ici sans te faire repérer, dis-moi?»



(c)LOKIA


Shilin vous parle en #CC0066 ♥

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 37
Date d'inscription : 16/05/2017
Voir le profil de l'utilisateur
Sam 24 Juin 2017 - 15:02
Valse de plumesCadence & ShilinI hear a voice say : don't be so blind. It's telling me all these things that you would probably hide. Am I your one and only desire ? Am I the reason you breathe ? Or am I the reason you cry ? (Saliva → Always)En fait, Shilin faisait assez flipper quand elle s'énervait. Je m'en rendais compte là, alors qu'elle me fixait comme si elle allait limite me tuer, en me disant qu'elle n'avait pas besoin de mon aide. Mon sourire se crispa, je m'en doutais qu'elle n'allait pas apprécier mon initiative, mais à ce point... Il fallait que je trouve un moyen de me faire pardonner. Des fleurs? Oui, les femmes aiment qu'on leur offre des fleurs, c'est connu. Sauf qu'ici trouver des fleurs c'était aussi rare que trouver de l'eau... Un bijou alors? Ouais, un bijou c'est bien, j'avais juste à aller le dérober à l'une des femmes du bordel ça ne serait pas bien compliqué, et je lui offrirais ensuite!

A force de trop penser, je ne m'étais pas rendu compte qu'elle m'avait tiré par la cape pour que je sois à sa hauteur.  Et voilà qu'elle recommençait à me sermonner en plus. Je clignais plusieurs fois des yeux, l'air un peu surpris. Ecouter, enfantillages... Tiens, j'aime bien la petite moue que la harpie fait quand elle est en colère. C'est mignon, surtout sur ses belles lèvres pourpres. Enfin, elle est jolie tout court, je l'ai déjà dit, même si son caractère ne suit pas. Elle est beaucoup trop sérieuse franchement! J'ai déjà dû lui dire de s'amuser un peu plus je crois... Je sais plus trop, tellement j'ai pu en faire et en dire au cours de mes 22 années de vie.

Et voilà que je m'étais à nouveau perdu dans le fil de mes pensées, je n'avais pas écouté un traître mot de ce qu'elle avait dit et maintenant elle me lâchait. Mais bon, comme je me doutais que je venais de me faire passer un savon, autant que j'essaie de limiter un peu les dégâts.

"... T'as changé de rouge à lèvres? Celui-là est plus foncé non?", répondis-je en toute innocence.

La seconde d'après, Shilin me poussait sur le côté et je titubais une demi-seconde avant de reprendre mon équilibre. En la voyant planter une dague dans la main du type que j'avais voulu assommer je ne pus retenir une grimace de dégoût. Ca devait faire mal, vu la façon dont il hurlait en plus... La harpie n'était pas une tendre, mais j'aime tout ce qui est dangereux. Même les femmes comme elle. Et tant pis si j'en subis les conséquences, je flirterais toujours avec ce genre de danger absolument sublime!

Ah, voilà qu'elle rajoutait encore un sermon à mon compte, concernant mon attitude cette fois. Je haussais un sourcil. Aaaah vraiment trop sérieuse cette fille, elle devrait apprendre à s'amuser un peu, ça ne lui ferait pas de mal! En plus à toujours me faire des remontrances comme ça elle était limite plus effrayante que Paine, qui faisait office de chiot à côté d'elle. Ouais ça n'ne avait pas l'air comme ça et pourtant c'est la réalité! Qui mord le plus n'est pas celui qu'on croit...

"Relaaaax choupinette! Je connais très bien les risques des missions tu sais. Mais est-ce qu'une seule de nos missions en commun a mal tourné? Ou même une seule de mes missions solo tiens. Jusqu'à présent on est toujours revenus entiers, alors dérides-toi un peu~"

J'allais lui tapoter la tête, mais entre temps elle s'était éloigné et mon geste se perdit dans le vide. Bon visiblement, le bonhomme allait prendre cher vu à quel point je l'avais mise hors d'elle et je ne m'étais pas trompé en entendant bientôt un craquement sinistre suivi d'un gargouillis étranglé. Je ne pus à nouveau retenir une grimace de dégoût face à ce spectacle. Les exécutions n'avaient franchement rien d'esthétique, beurk! Je ne comprenais pas comment on pouvait rester de marbre face à ça. Après ce macabre spectacle, la harpie revint vers moi en me fixant d'un air que je n'aimais pas trop. On aurait dit qu'elle me suspectait de quelque chose, une énième fois, mais ça faisait froid dans le dos en fait. Un petit rire nerveux m'échappa lorsqu'elle me demanda comment j'avais fait pour entrer. Bon bah... C'était parti pour essayer de lui broder une histoire débile qu'elle ne croirait certainement pas!

"... Ah, ça! Oui ça, entrer ici! Alors... Bah... Figure-toi que tout à commencé quand j'ai rencontré..."

Une voix que je connaissais bien pour l'avoir entendue plus tôt résonna dans la pièce où nous nous trouvions, me coupant la parole.

"Mais qu'est-ce qui s'est passé ici?!"

Je sursautais alors légèrement avant de me cacher subtilement derrière Shilin, même si c'était trop tard et que la vieille m'avait forcément déjà reconnu. Je la désignais à mon amie en forçant un sourire et en arborant un air tout mignon pour essayer de limiter les dégâts.

"... Cette... charmante... Créature... Qui m'a invité à l'intérieur..."

J'avais buté sur le mot "charmante" notamment, parce que dans le cas de cette prostituée c'était loin d'être le charme parfait... Elle me faisait toujours aussi peur cette vieille, même si actuellement elle était en train de crier au meurtre en se rendant compte que le patron était mort... Attendez, c'était le patron ce type? La mission était déjà techniquement finie? Heyyyy pourquoi j'étais pas au courant moi! Ah oui c'est vrai, j'oublie tout le temps les plans et les indications qu'on me donne pour ce genre de missions... Oups. Je fis signe à la sorcière en face, en souriant toujours d'un air aimable malgré la situation.

"Dîtes, vous pourriez oublier tout ce que vous avez vu là maintenant? On aimerait fuir sans avoir de soucis si possible..."

Parce que oui, pour moi c'est tout à fait normal de demander poliment si on peut prendre la fuite. Shilin allait probablement encore s'énerver d'ailleurs... J'avais pas vraiment hâte de voir ce qu'elle allait faire dans cette situation, surtout que je risquais certainement de me refaire sermonner!

© 2981 12289 0



Cadence vous séduit en #cc6600~
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 21
Date d'inscription : 16/05/2017
Voir le profil de l'utilisateur
Sam 24 Juin 2017 - 21:20


Valse de plumes

Il n'y a qu'avec toi que je danserai


J’aurais rougi si je ne m’étais pas déjà bornée à ne rien laisser paraître, en ce qui concerne mes sentiments. Sérieusement, comment pouvait-il s’attarder sur un détail aussi insignifiant que la couleur de mes lèvres, alors que la situation est d’une importance capitale pour la survie de notre clan? Comment OSAIT-il me dire de «relaxer» alors que la vie de nos frères et soeurs dépend du succès de cette mission? M’enfin. Ce n’était pas ces questions qui étaient importantes à mes yeux pour le moment, mais bien celle que je venais tout juste de lui poser. Je le fixe toujours, bras croisés et attendant qu’il me réponde. Et dès qu’il ouvre la bouche, le rire nerveux qu’il laisse entendre me fait directement savoir qu’il va tenter de me faire gober une histoire invraisemblable. Comme toujours.

Puis une voix se fait entendre. Une voix rauque, vieille, criarde. Je fais volte-face en l’entendant, l’air un peu surprise, puis dégoûtée à la vue de la pute se tenant dans l’encadrement de la porte. Je remarque Cadence qui se cache dans mon dos et je ne peux me retenir de lever les yeux au ciel alors qu’il me la désigne du doigt. Cependant, je devais avouer que l’expression qu’il arborait était trop adorable. Si je n’avais pas été aussi réservée, je lui aurais pincé les joues comme on le fait aux gamins.

Du moins, l’envie était là, jusqu’à temps qu’il ne révèle que c’était cette chose qui lui avait permis de s’infiltrer à l’intérieur du bordel.


«Quoi!?»

Pour le coup, j’ai certainement réagi un peu trop ouvertement. Mais la simple idée que Cadence ait eu recours à une prostituée pour se sauver en douce de la danse qu’il avait commencée sur la place de Madina faisait bouillir le sang dans mes veines. Je ne sais pas comment il a pu avoir une idée aussi stupide, d’ailleurs, puisqu’utiliser quelqu’un pour s’infiltrer quelque part c’est totalement l’opposé de ça. Ca laisse des témoins à éliminer ensuite. Chose que je me dis serait une bonne idée, surtout en l’entendant crier au meurtre. Alors que j’ai la main à la ceinture et que je sors l’un de mes couteaux de lancer, je fige un instant avant de tourner la tête vers le con derrière moi. Je le fixe avec l’oeil grand ouvert, sourcils froncés, comme si je lui demandais s’il avait vraiment dit ce que je venais d’entendre.

«… Mais t’es con ou comment ça s’passe dans ta cervelle d’oiseau?!»

Je ne sais vraiment pas comment interpréter tout ça en fait. Une part de moi veut juste se jeter au sol et rigoler tellement la situation était horriblement idiote. Surtout à cause des dernières paroles de mon camarade. Alors que d’un autre côté, je sais que je dois fuir. Le choix est clair à mes yeux, il nous faut trouver un échappatoire et vite. Mon regard se promène dans la pièce bien vite. Aucune sortie, autre que celle que la grosse prostituée bloque avec son corps corseté le plus serré possible. Enfin. Il y avait les fenêtres aussi. Mais quand on doit fuir rapidement et qu’on doit réfléchir, disons que les cris stridents de la vieille pute ne m’aidaient pas. Et j’ai fini par m’énerver, chose qui se résulta avec un couteau lancé bien rageusement entre les deux yeux de la vieille chose toute ridée.

«MAIS TA GUEULE BORDEL!»

Respire, Shilin, respire. Je prends une grande inspiration alors que le cadavre de la prostituée tombe lourdement au sol, après quoi je m’empresse de récupérer mon couteau et ma dague avant de tirer Cadence avec moi vers l’une des fenêtres. Hors de question de sortir par l’entrée principale, nous serions repérés bien trop rapidement et toute cette affaire finirait en une bataille qui finirait d’achever mon humeur. Je le lâche ensuite afin d’ouvrir la fenêtre.

«On va sauter.»

A une hauteur pareille, n’importe quel être vivant aurait considéré un saut comme celui que je m’apprêtais à faire comme une tentative de suicide. Pourtant, avec mon pouvoir, ce ne serait pas le cas. Je nous ferais atterrir en douceur avant de bondir à nouveau bien haut dans le ciel afin qu’on puisse s’échapper rapidement et sans se faire prendre.

J’entends des pas précipités dans le couloir, signe que nous devions partir maintenant, au risque d’être pris sur le fait. Je m’assieds au bord de la fenêtre et passe les jambes dehors, attrapant Cadence par le bras.


«C'est parti!»

Je me hisse hors de la pièce, tirant cet imbécile avec moi afin de le sortir de là lui aussi tout en activant mon pouvoir, en en concentrant l’effet que sur lui et moi. Et, une fois au sol, je déploie mes grandes ailes sombres avant de bondir à nouveau, allégeant la gravité autour de Cadence afin que je puisse le porter au vol et le diriger correctement. J’entends des voix pester contre nous, mais ma concentration est ailleurs alors que je m’envole au-dessus de la capitale, toujours en entraînant mon camarade dans mon élan et sans laisser la gravité le tirer vers le sol.

De longues minutes passent ainsi, alors que le soleil se laisse tomber derrière l’horizon de Nouzar lentement. Mes bras enserrent l’hybride solidement, histoire de ne pas le lâcher en plein vol, quoi. Le vent fait danser mes cheveux et la brise est agréable, ni trop chaude, ni trop froide. Et pour une fois, je souris d’un air plutôt serein.


«Tout va bien Cadence?»

Pour le coup, j'ai bien réalisé que j'aurais pu me moquer de lui, le taquiner pour toutes les fois où il l'a fait puisque je venais de potentiellement lui sauver la peau. Mais je me retiens de commenter à ce sujet. Ma bonne humeur était de retour et je n'avais pas envie de me prendre des taquineries en retour.



(c)LOKIA


Shilin vous parle en #CC0066 ♥

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 37
Date d'inscription : 16/05/2017
Voir le profil de l'utilisateur
Sam 24 Juin 2017 - 23:48
Valse de plumesCadence & ShilinI hear a voice say : don't be so blind. It's telling me all these things that you would probably hide. Am I your one and only desire ? Am I the reason you breathe ? Or am I the reason you cry ? (Saliva → Always)Ouaaaaah autant je m'attendais à ce que Shilin prenne mal tout ce qui venait de se dire et se passer, autant je pensais pas qu'elle me ferait aussi peur un jour. J'avais l'impression d'avoir réveillé une bête tout à coup, une bête prête à tout massacrer et qui se retenait possiblement de m'en mettre une pour tout ce que je racontais. En fait maintenant je commençais à regretter certaines de mes bêtises et je me faisais tout petit, tandis que la harpie m'interrogeait du regard. Genre, de façon vraiment insistante. Ma dernière intervention avait eu du mal à passer pour elle on dirait.

"Ben... Je sais pas...?"

Je me sentais bien idiot, mais je me sentais obligé de répondre, comme toujours. Je ponctuais ma phrase en levant les bras et en haussant les épaules, comme pour appuyer le fait que je n'avais aucune idée de ce qui pouvait bien se passer dans ma tête. C'était un peu le cas à vrai dire. Je marchais plus à l'instinct qu'au raisonnement pur et dur, parce que je n'aimais pas les plans tout fait et réfléchis. J'aimais le suspense, l'action, les imprévus,... Bref j'aimais l'aventure moi! Alors me demander de réfléchir c'était comme demander à un buffle de faire des maths. Ca avait très TRES peu de chances de fonctionner.

Je ne sais même pas si Shilin m'avait écouté puisque je l'entendis ensuite hurler à la prostituée de se taire et la seconde d'après elle s'était écroulée, une dague de lancer fichée entre les deux yeux. J'écarquillais les yeux de surprise, ayant complètement oublié à quel Shilin me faisait peur quelques secondes avant.

"Ew... Bon, ben repose en paix la vieille."

J'eus à peine le temps de réagir que la harpie au plumage violacé m'entraîna vers la fenêtre la plus proche en annonçant qu'on allait sauter. Sauter...? Je me penchais pour regarder à quel hauteur nous nous trouvions. Ah ouais tiens, on pouvait sauter d'ici, et se péter les jambes aussi. Encore du danger, je trouve ça trop bien! N'importe qui de normal aurait flippé et tenter de trouver un autre moyen de fuir, mais moi ça me faisait sourire, et même rire un peu. Du coup quand Silin m'entraîna par le bras pour sauter de la fenêtre, je ne pus m'empêcher de pousser un cri de joie et de m'adresser aux types qui étaient probablement monter voir ce qui se passait entre temps.

"Bye bye les losers, au non plaisir de vous revoir!"

Nous avions atterri en douceur plus bas, probablement grâce au pouvoir de Shilin. Mais je n'eus pas le temps de me poser, ni même de continuer à provoquer nos ennemis dans le bordel puisque la seconde d'après je me retrouvais dans les airs, toujours tenu par ma camarade. Et comme je ne m'y attendais pas, je me mis à agiter les bras et les pattes dans le vide comme un idiot, tandis que l'on s'éloignait progressivement du sol. C'était étrange comme sensation, que celle de voir le monde s'éloigner sous vos pieds et devenir tout petit. L'ombre des ailes de Shilin me surplombait et bientôt lorsque nous fûmes assez hauts dans les cieux, je sentis un léger vent frais souffler dans mes cheveux et mes plumes alors que nous nous éloignions doucement de la capitale et des problèmes.

En fait, j'avais un peu de mal à réaliser que je me déplaçais actuellement dans les airs. Ca me semblait... Irréaliste, comme si j'étais en train de rêver. Après tout, je ne pouvais plus voler et ce depuis que j'étais enfant, alors que mes ailes auraient eu la force de me porter si je les avais encore toutes les deux. J'observais le désert qui défilait en-dessous de nous, étrangement silencieux comparé à d'habitude. Porté par Shilin aussi haut dans le ciel, je me sentais libre. Une liberté que j'enviais depuis bien longtemps et qu'elle me permettait actuellement d'atteindre. J'étais... J'étais... Heureux. Oui. Pas que je ne l'étais pas d'habitude, mais là ce que je ressentais était un tout autre bonheur. Je devais avoir l'air d'un enfant qui découvrait quelque chose de nouveau pour la première fois. Je levais la tête vers Shilin, un grand sourire radieux dessiné sur mes lèvres.

"Ouais.... Ca pourrait pas aller mieux, en fait."

Je baissais de nouveau la tête pour observer l'étendue de sable en-dessous de nous. Inconsciemment, mon unique aile commença à se déployer comme pour embrasser les courants d'air qui auraient pu me porter si j'avais été capable de voler de moi-même. La sensation du vent ébouriffant mes plumes était grisante, tellement grisante que j'avais fini par tendre les bras de chaque côté de mon corps en riant comme un grand enfant.

"Ahah, je vole! Je vole Shilin, c'est trop génial!"

Je savais que cette capacité de voler était seulement causée par le pouvoir de la harpie sur la gravité. Mais pour moi c'était largement mieux que rien. Pouvoir planer haut dans le ciel comme ça était quelque chose d'absolument merveilleux à mes yeux, surtout depuis le temps que je rêvais de le faire et que je comblais ce manque de liberté en dansant sur la terre ferme, à défaut de pouvoir le faire dans les cieux.

© 2981 12289 0



Cadence vous séduit en #cc6600~
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 21
Date d'inscription : 16/05/2017
Voir le profil de l'utilisateur
Dim 25 Juin 2017 - 2:01


Valse de plumes

Il n'y a qu'avec toi que je danserai


Mes paupières voilèrent mes prunelles un moment, alors que je me concentrais sur les sensations que ce vol en plein ciel me procurait. Le vent frais dans mes plumes, qui faisait danser mes cheveux, les derniers rayons du soleil embrassant ma peau. La sensation même de ne plus toucher le sol, d’être aussi légère que ces plumes qui couvraient mes ailes sombres, rien au monde ne pouvait l’égaler. C’était un feeling enivrant, une sensation que j’ai mis du temps à découvrir moi-même puisque je n’ai pas appris à voler dans ma jeunesse. Je me suis entraînée longtemps avant de pouvoir rejoindre les cieux. Mais j’en étais bien heureuse.

Pourtant mon expression demeurait neutre, mis à part la lueur de bonheur scintillant dans mon regard ambré. Je tenais toujours bien Cadence contre moi, m’assurant de temps à autres qu’il allait bien. Et le fait qu’il me répondit par l’affirmative, avec un grand sourire, suffit à faire apparaître un sourire sur mes propres lèvres. Il avait l’air d’un enfant actuellement, un enfant si heureux. Et ca me rendait heureuse à mon tour, d’ailleurs, de le voir ainsi. De le voir déployer son aile, tendre les bras, rire comme un gamin trop content. Et pour une fois, je me sentais utile, je me sentais réellement fière de ce que j’étais, même si, au fond, je ne me suis jamais aimée comme je suis.

Ma prise se resserre doucement autour de lui, je le garde bien contre moi. Oh, combien j’aimerais que ce moment puisse durer éternellement. La simple notion que j’arrivais à le rendre heureux comme ça, juste en volant bien haut dans le ciel, ça n’avait pas de prix à mes yeux. Je n’aurais pas voulu être ailleurs, malgré toutes les choses que j’ai pu dire, écrire ou marmonner contre lui. Au fond, je sais ce que me dicte mon coeur. Je sais que je l’aime. Mais jamais je n’oserais l’avouer de haute voix.

Puis, d’un coup, alors que mes pensées devenaient de plus en plus sombres, j’eus une idée. Une idée qui me sembla bien bonne, en fait, et qui égaya ma conscience. Evidemment, je n’en toucherais pas un mot à Cadence. Je le laisserai comprendre par lui-même.

Même si les ruines de Rezvayaan étaient désormais en-dessous de nous, je ne m’en soucie pas. Mon idée était de l’emmener bien au-delà de chez nous, dans les dunes que j’ai pu visiter de nombreuses fois lorsque la nuit avait voilé le ciel, certains jours passés. Et dès que je les vis, je commençai ma descente. D’abord doucement, puis de plus en plus en piquée. Le vent était fort contre mon visage, j’avais ramené mes ailes contre mon corps. La plongée dura quelques secondes au plus, et alors qu’on aurait dû frapper le sol, je déployai mes ailes à nouveau, remontant vers le ciel en lâchant Cadence. Mais mon contrôle de la gravité me permit de le garder près de moi, à bout d’aile. Je voulais lui donner l’impression de voler librement, je voulais qu’il puisse savoir ce que ca faisait que de réellement être libre.

Un grand sourire étira mes lèvres alors que je remonte bien haut dans le ciel, l’entraînant avec moi dans une spirale ascendante jusqu’au-delà des nuages, là où tout était calme, où l’on pouvait admirer les couleurs du crépuscule et les premières étoiles qui commençaient à briller sur la voûte céleste. Puis je l’entrainai une seconde fois dans une plongée juste sous les nuages.

Je nous faisais tournoyer, danser dans les cieux, en riant comme une gamine et en chantonnant des airs que je ne connaissais que trop bien. C’était la première fois que je me sentais comme ça, aussi heureuse, aussi détendue. Que je me laissais aller et que j’étais moi-même devant quelqu’un d’autre. Je ne sais pas si c’était mon coeur qui me dictait d’agir ainsi ou si c’était ma tête qui le faisait. Tout ce que je savais, en fait, c’était que je me sentais mieux que jamais, et que rien ne m’empêcherait de danser, encore et encore, dans ce ciel que je redécouvrais maintenant en compagnie de Cadence. Tout ça simplement parce que j’avais voulu le rendre heureux.

Encore quelques pirouettes avant que je finisse par me dire que c’était assez. Toutes ces sensations fortes et l’amusement que je viens de vivre me remplissaient d’une joie immense, d’un sentiment de liberté absolue. Pour une fois, j’ai pu laisser mes soucis quotidiens loin derrière moi et tout simplement vivre, l’espace de quelques temps. Et comme je voulais que ce moment dure encore au moins un instant, j’entraînai une dernière fois Cadence jusqu’au-delà des nuages, là où l’on pourra observer le soleil disparaître sous l’horizon. Malgré ma légère fatigue, j’étends l’influence de mon pouvoir à ma personne, nous gardant tous deux dans les airs, et je me rapproche de mon ami en souriant comme une idiote. Chose que je ne me serais jamais laissée faire en temps normal.


«Alors ça, c’est la vraie liberté,» dis-je d'un ton enjoué, mais doux.

Et mon attention se porta ensuite sur l’horizon, où l’astre du jour lançait déjà ses derniers rayons colorés dans le ciel, alors que je me laisse flotter tranquillement parmi les nuages teints par la lumière du coucher du soleil. C’était tellement beau… Les couleurs me rappelaient presque celles du plumage coloré de l’oiseau près de moi, et je ne pus m’empêcher de lui jeter un coup d’oeil. J’avais… J’avais envie de me rapprocher. J’aurais voulu le faire. C’était certainement trop risqué…

RAH. Shilin sérieusement. Sois courageuse pour une fois dans ta vie. Je sais que c’est difficile de montrer de l’émotion, de l’affection à l’endroit de qui que ce soit. Mais bon. Je me redresse légèrement et je me rapproche à nouveau de Cadence en un battement de mes grandes ailes. Et, après un moment d’hésitation, je pose enfin ma tête contre son épaule, glissant doucement ma main dans la sienne en mêlant nos doigts ensemble. Quelque part, j’ai peur qu’il rejette mon geste. Mais une autre part de moi me dit de ne pas m’en faire. Alors je ne bouge plus, je demeure silencieuse un long moment. Et j’observe l’horizon qui se peint tranquillement des couleurs de la nuit.


«Le ciel est tellement beau, tu ne trouves pas…?»



(c)LOKIA


Shilin vous parle en #CC0066 ♥

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 37
Date d'inscription : 16/05/2017
Voir le profil de l'utilisateur
Dim 25 Juin 2017 - 12:02
Valse de plumesCadence & ShilinI hear a voice say : don't be so blind. It's telling me all these things that you would probably hide. Am I your one and only desire ? Am I the reason you breathe ? Or am I the reason you cry ? (Saliva → Always)A l'instant j'étais vraiment heureux. Et voir Shilin être heureuse aussi à cet instant que nous partagions dans les cieux ne faisait que me rendre plus euphorique. C'était la première fois que je remarquais cette lueur de bonheur dans son oeil doré, alors que nous planions haut dans le ciel, juste au-dessus des ruines de Rezvayaan maintenant. Je pensais qu'on allait se poser, mais Shilin continua d'avancer vers les dunes qui entouraient notre repaire. Je lui jetais un regard interrogateur, avant d'hausser les épaules et me laisser porter, accroché à elle. Oui, j'en profitais un peu puisque ces moments où nous étions tout les deux heureux et si proches étaient rares.

Quelques minutes plus tard, je sentis que nous commencions à perdre de l'altitude. En y regardant mieux, je vis Shilin replier ses ailes tandis qu'elle entamait un plongeon en piqué vers le sol. Le vent soufflait de plus en plus fort dans mes cheveux et contre ma peau et je fus forcé de plisser un peu les yeux au bout d'un moment. Alors que je pensais que nous allions atterrir lourdement dans le sable, mon amie remonta d'un seul coup en déployant ses ailes... Et me lâcha.

Au début, j'avais cru que j'allais retomber et je me mis à battre des bras et des pattes dans le vide. Puis cette petite frayeur se transforma en étonnement et enfin en joie quand je remarquais que je continuais de voler, auprès de la belle harpie. Mon aile qui s'était repliée entre temps prit à nouveau les courants ascendants et je poussais un cri de joie tandis que nous montions bien au-delà des nuages en effectuant une spirale. Là, j'avais vraiment l'impression de voler comme si j'avais toujours eu mes deux ailes. Pendant quelques secondes, je fixais Shilin d'un air reconnaissant. J'étais reconnaissant qu'elle me permette de vivre ces sensations. Elle n'avait pas idée de ce qu'une telle chose pouvait être à mes yeux.

Voir la harpie s'amuser comme un jeune passereau dans les cieux me comblait de bonheur. Elle qui était si sérieuse et sombre d'ordinaire ressemblait à une véritable enfant en ce moment même et c'était adorable à voir même si je ne le disais pas de vive voix par peur de ruiner cet instant. J'étais peut-être un idiot, un oiseau sans cervelle, mais je respectais les instants de bonheur des autres. A la voir danser dans les airs, j'avais fini par suivre le mouvement en virevoltant tout en restant près d'elle. J'avais presque envie de lui crier à quel point je l'aimais à l'instant... Mais aussi extraverti que j'étais, je n'avais pas tout à fait le courage de laisser exploser mes sentiments au grand jour, surtout que j'avais peur que ce ne soit pas réciproque. Alors je me contentais de rester dans son sillage et lui sourire radieusement.

Finalement, nous nous arrêtâmes une dernière fois au-dessus des nuages pour observer le soleil se coucher à l'horizon tandis que les étoiles commençaient à parsemer le ciel nocturne de flocons lumineux. Le crépuscule était véritablement l'un des plus beau moment de la journée, surtout dans ce désert impitoyable. J'observais le paysage qui s'offrait à moi en hochant vivement la tête aux paroles de mon amie.

"Oui... Personne ne peut nous forcer à mettre des chaînes, ici..."

La liberté était précieuse et nos ailes en étaient l'un des symboles les plus connu. Les oiseaux étaient connus pour pouvoir voyager sans limite entre les différents pays, sans que personne ne leur dise quoi que ce soit. Moi, on avait essayé de me voler cette liberté à jamais en me privant d'une de mes ailes. Mais Paine m'avait sauvé de l'asservissement et maintenant Shilin me permettait de découvrir les sensations d'un véritable vol, du vent embrassant les plumes tandis que l'on planait loin au-dessus de la terre ferme. J'étais heureux, et reconnaissant.

Je sursautais un peu en sentant un contact contre ma peau et la tête de Shilin s'appuyer contre mon épaule. Un regard me permit de voir que la harpie me prenait doucement la main et mon coeur se mit à battre un peu plus fort tandis que mes joues se teintaient légèrement de rose. Au contraire de Shilin je n'étais pas doué pour masquer mes émotions et actuellement j'étais partagé entre joie et confusion. Je pris une grande inspiration afin de me calmer et quelques secondes après, je serrais sa fine main dans la mienne en retour.

"Hm... Mais pas aussi beau que toi..."

... Qu'est-ce que je racontais là? Aaaaah je n'avais plus les idées claires, me retrouver seul à seul dans cette situation avec Shilin me retournait les idées! Mais en même temps... Je ne pouvais m'empêcher de penser vraiment ce que je disais à l'instant. J'observais la jeune harpie à mes côtés. Ses cheveux avaient la même couleur que ce crépuscule qui nous enveloppait et son unique iris doré brillait comme les étoiles qui clairsemaient progressivement le ciel. Elle était vraiment belle...

Sans m'en rendre compte mon visage s'était rapproché du sien. Mon coeur battait de plus en plus vite. Je ne savais pas ce que je faisais, mais je devais le faire, je ne pouvais pas m'en empêcher. Après un moment d'hésitation, mes lèvres effleurèrent les siennes alors que je sentais mes joues rougir encore un peu plus. Je maintenais ce baiser qui me sembla figer le temps pendant quelques secondes avant de me redresser et m'étirer un peu comme si de rien était. J'avais peur de voir comment Shilin allait prendre ce que je venais de faire à vrai dire et de sentir l'éclat d'une claque contre ma joue à tout instant.

"... Ah, tout ça me rappelle les histoires de Paine, tu trouves pas?Le ciel, les étoiles... Le Soleil qui se couche tandis que la Lune se lève en espérant pouvoir le rattraper...", dis-je en riant nerveusement.

© 2981 12289 0



Cadence vous séduit en #cc6600~
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 21
Date d'inscription : 16/05/2017
Voir le profil de l'utilisateur
Dim 25 Juin 2017 - 23:28


Valse de plumes

Il n'y a qu'avec toi que je danserai


Mon coeur se met à battre plus fort, plus rapidement dans ma poitrine lorsque j’entends les paroles de Cadence, lorsque je sens sa main serrer la mienne en retour. Je sens le rouge me monter aux joues, les papillons s’envoler dans mon estomac. Je ne sais pas comment prendre tout ça. Comment prendre le fait qu’au lieu de rejetter mes gestes, il les avait acceptés, m’avait laissée faire et avait même répliqué mon geste en serrant ma main. Suis-je en train de rêver? Est-ce que l’air au-dessus des nuages était différent et me faisait halluciner? Je ne crois pas que ce soit le cas, mais à mes yeux, la situation était tellement irréaliste que je n’arrivais pas à l’assimiler normalement. Tellement que j’ai presque l’impression de rêver.

Mais… Que ferai-je si ce moment s’avère réellement n’être qu’un rêve? Un songe que mon inconscient me faisait vivre, alors qu’en réalité, j’étais allongée dans mon lit au repaire, en train de dormir tranquillement comme à toutes les nuits où je ne revoyais pas ces ignobles visions de mon enfance? Je n’en sais rien. Tout ce que je sais, c’est que la simple pensée que je viens d’avoir avait fait se serrer mon coeur. Si j’étais réellement en train de rêver, alors je ne veux pas m’en réveiller. Je veux rester ici éternellement encore, avec Cadence, les nuages sous nous, le ciel étoilé au-dessus de nous et les derniers rayons du soleil se mourrant à l’horizon. Je ferme les yeux un moment, poussant un soupir. Oui, c’était tout ce que je désire.

Puis une sensation étrange se fit ressentir. Une pression contre mes lèvres, légère, douce, agréable. Le genre de contact que jamais, au grand jamais, je n’aurais imaginé ressentir un jour. Par instinct, je tente de me rapprocher, de prolonger cette étreinte qui semblait déjà avoir fait figer le temps autour de moi, autour de nous. Ma conscience n’enregistrait qu’à peine ce qui se passait à l’instant, alors que cette sensation d’une telle douceur s’effaçait déjà. Et dès que j’ouvre les yeux, un air légèrement confus se peint sur mon visage, alors que je porte une main à mon visage, mes doigts effleurant mes lèvres doucement.

Je devais avoir l’air de la personne qui venait de taper le plus gros bug du siècle. Le regard perdu dans le vide, deux doigts pressés contre ma lèvre inférieure alors que je tente de comprendre. Qu’est-ce qui venait de se passer? Je sens mon coeur se débattre dans ma poitrine, comme s’il avait voulu s’en défaire et fuir. Ces papillons dans mon ventre s’agitaient à nouveau, plus que jamais auparavant. Je me sens bien, mais stressée à la fois, j’ai l’impression d’avoir compris mais d’être confuse en même temps. Je sais ce qui s’est passé, mais encore, ma conscience refuse de l’admettre, refuse de l’assimiler. La simple idée que Cadence Sonata, la seule personne en ce monde qui ait su conquérir mon coeur sans que je ne l’ait voulu, m’a embrassée, me semblait trop étrange pourque je ne l’accepte.

Pourtant… je n’en fais rien. Je reste à ses côtés en fixant l’horizon, ma tête toujours posée sur son épaule et ma main serrant la sienne bien fort. Je ne veux pas me réveiller. Tout ça était trop beau pour être vrai.

C’est la voix de l’oiseau qui me tira de mes pensées désordonnées, alors qu’il me dit combien le spectacle s’offrant à nous présentement à nous lui rappelait les histoires de Paine. Ah oui, tiens. Il avait raison. Mais ce n’est pas assez pour me distraire longtemps de mes réflexions. Pour une fois, c’était à moi de ne pas écouter. L’information était passée par une oreille et était ressortie de l’autre tellement j’étais concentrée sur autre chose. Un simple soupir quitta mes lèvres alors, en signe que j’avais entendu ce qu’il m’avait dit.

Plus le temps passe, plus je déconnecte de la réalité. Je n’ai toujours pas bougé d’un poil, mes doigts posés sur mes lèvres et mon autre main serrant la sienne. J’avais l’impression que ma bouche était en feu, que mes lèvres en redemandaient encore. Une petite voix dans ma conscience me criait qu’au fond, tout ce que je ressentais envers mon camarade était réciproque, mais encore. J’avais peur qu’au final, ce le serait réellement, mais qu’après un moment Cadence finisse par se lasser de moi. Je ne voulais pas être éventuellement laissée de côté. Même si je doute que l’oiseau serait capable d’une chose pareille.

Mais après un moment, alors que je contemplais toujours quoi faire, mon corps finit par bouger de lui même. Je me redresse, lentement, doucement, et j’approche mon visage du sien. Ma main libre se pose sur sa joue, un geste rempli de tendresse et de douceur, choses que je n’avais jamais pu donner à qui que ce soit de toute ma vie. Et après un instant d’hésitation, je finis par m’emparer ses lèvres à mon tour. Encore une fois, j’aurais tellement voulu que ce moment dure une éternité, que le temps fige réellement. Malheureusement, il nous faut de l’oxygène pour vivre. C’est donc à contre-coeur que je le relâche après un instant, sans pour autant éloigner mon visage du sien. Mon souffle était court, mais après un temps, je pus enfin respirer normalement.


«… S-si tu savais depuis combien de temps je voulais faire ça…»

Un petit sourire étire mes lèvres un moment, avant que je me rende compte de ce que je venais de dire. J’ai envie de me mettre une claque à la tronche. Qu’est-ce qui était arrivé à la Shilin qui ne disait rien? Qui restait dans son coin en silence et qui gardait ses émotions pour elle? Erh. M’enfin bon. C’était dit, quoi. Au moins, je me doutais que les sentiments étaient réciproques. Et cette simple pensée suffit à me faire sourire un peu plus, alors que ma prunelle dorée brillait d’une lueur à la fois amusée et joyeuse. Je n’avais jamais été plus heureuse de toute ma vie, en fait.



(c)LOKIA


Shilin vous parle en #CC0066 ♥

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 37
Date d'inscription : 16/05/2017
Voir le profil de l'utilisateur
Lun 26 Juin 2017 - 0:34
Valse de plumesCadence & ShilinI hear a voice say : don't be so blind. It's telling me all these things that you would probably hide. Am I your one and only desire ? Am I the reason you breathe ? Or am I the reason you cry ? (Saliva → Always)Le silence installé entre nous me mettait de plus en plus mal à l'aise. Il ne se passait rien, je n'avais aucune réaction de la part de la harpie et je n'osais surtout pas la regarder. Je me sentais tellement bête d'avoir agi ainsi... Ca se trouve elle le prenait mal mais ne voulait rien dire et j'avais rendu notre relation encore plus malaisante qu'avant. C'était rare que je m'en fasse autant pour l'impression que je donnais de moi-même à quelqu'un, mais quand il s'agissait de Shilin ce n'était pas vraiment n'importe qui. J'avais des sentiments envers elle que je n'avais jamais eus envers qui que ce soit auparavant.

Ruiner notre lien m'attristerait réellement. Même si on s'était toujours plus ou moins engueulé depuis qu'on se connaissait, j'avais toujours trouvé un certain charme à Shilin. Au début je ne faisais que l'embêter pour la dérider un petit peu et la détendre pour qu'elle s'intègre au reste du clan. Puis quand j'avais voulu arrêter d'être importun avec elle, je m'étais rendu compte que je m'ennuyais si je ne pouvais pas rester près d'elle à la taquiner. Je crois que c'est là que je m'étais rendu compte que je ressentais quelque chose de différent pour la harpie. Elle ne faisait pas partie de la fratrie comme tout les autres enfants du clan, mais bien de mon coeur, elle avait pris une place qu'aucun n'avait jamais réussi à prendre jusqu'à présent. Et j'avais réussi à cacher ces sentiments pendant de nombreuses années.

Un soupir quitta mes lèvres et j'allais me tourner vers elle pour m'excuser de mon geste plus tôt, mais je sentis soudain une main effleurer ma joue. Surpris, je tournais la tête en direction de Shilin, mon regard bleu azur planté dans l'unique oeil doré de ma camarade. A nouveau, son visage était très proche... Mais c'était elle cette fois qui se rapprochait, pas moi. Mais joues reprirent une teinte légèrement rosée, rose qui vira certainement au rouge quand je ressentis un contact contre mes lèvres, similaire à celui que j'avais initié plus tôt. Pendant quelques secondes ce fut comme si mon esprit s'était déconnecté de mon corps, avant que finalement je ne prenne conscience de ce qui était en train d'arriver. Instinctivement je répondais au baiser de Shilin et l'attirait encore un peu plus près de moi. Puis lorsque l'étreinte fut rompue je repris ma respiration, l'air un peu béat pendant que j'essayais d'assimiler correctement ce qui venait de se produire.

Mes sentiments étaient donc bel et bien partagés...? J'avais tellement l'impression de rêver... Shilin, la  belle harpie sérieuse, la taciturne, amoureuse d'un crétin de piaf comme moi? C'aurait presque fait une bonne blague en fait. Mais l'évidence était là, sous mes yeux; tout ceci n'était pas un rêve. J'étais témoin de ce sourire et de cette lueur de bonheur dans les yeux de la belle, je ne voyais plus que ça à l'instant. Très vite, un sourire étira également mes lèvres.

"J'imagine... Ca fait des années que je n'osais pas te le dire Shilin, mais..."

Je laissais planer un court silence, pendant lequel j'attirais  la harpie contre mon torse, l'enserrant dans mes bras afin de lui faire partager une douce et tendre étreinte.

"... Je t'aime..."

Je voulais le dire depuis si longtemps, et c'était enfin chose faite. Ces mots qui pouvaient changer à jamais toute une vie étaient enfin prononcés. Etrangement, ça me soulageait et me comblait de bonheur, un bonheur bien différent de celui que me procurait la liberté et la danse d'ordinaire. J'étais toujours plus ou moins heureux, le joyeux drille du clan et le clown qui amusait les plus jeunes et nouveaux arrivants, mais là... Là j'étais juste un homme heureux de savoir que les sentiments qu'il avait envers une femme étaient partagés. Et c'était un sentiment fort agréable et reposant en même temps.

Après un long moment à la garder dans mes bras, je me reculais un peu, juste histoire de pouvoir la contempler. Un sourire doux se dessinait sur mes lèvres et mon regard brillait d'une lueur de tendresse que personne n'avait pu entrevoir jusqu'à présent, hormis Shilin maintenant. Je me rendais compte que la nuit avançait et qu'il ferait bientôt très sombre et surtout froid. Le désert était fourbe pour ça. Il faisait extrêmement chaud en journée, mais terriblement froid la nuit en contrepartie. Et puis, notre absence au repaire serait certainement vite remarquée et on pourrait même croire qu'il nous était arrivé quelque chose pendant la mission. Même si j'aurais aimé que notre petit moment en tête à tête dans ce cadre céleste magnifique continue éternellement, je me décidais enfin à poser la question à ma compagne, un peu à contrecoeur.

"... On devrait rentrer non...? La nuit ne va pas tarder à tomber complètement et on a notre rapport de mission à faire..."

© 2981 12289 0



Cadence vous séduit en #cc6600~
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 21
Date d'inscription : 16/05/2017
Voir le profil de l'utilisateur
Jeu 6 Juil 2017 - 5:15


Valse de plumes

Il n'y a qu'avec toi que je danserai


Je m'étais laissée faire sans broncher, sans chercher à me défaire de l'emprise que Cadence exerçait sur mon être à ce moment précis, alors que ses lèvres étaient pressées contre les miennes, qu'il me serrait dans ses bras. Un léger frisson me parcourut l'échine. J'aimais cette sensation, celle que le bel oiseau me faisait vivre en cet instant précis. Mon coeur battait si fort, le sang me montait aux joues et, lorsque l'étreinte fut finalement rompue, un grand sourire étira mes lèvres. Je suis satisfaite que ce soit également le cas pour mon compagnon, que j'observais d'un air heureux.

Ce fut sa voix, puis le fait qu'il m'avait attirée contre lui une fois de plus qui me tira de mes réflexions. Mon air heureux se changea en air surpris, alors que ma conscience assimilait ses paroles. Donc... Ca faisait des années qu'il attendait? Cette seule pensée suffit à me faire rougir. Des années... Comment, alors, n'ai-je pu le voir plus tôt? Comment est-ce que j'ai pu ne pas remarquer ses sentiments? Ou alors, si, en fait, peut-être que j'avais remarqué quels sentiments le danseur avait pu avoir à mon égard. Seulement, je n'y avais tout simplement pas cru avant aujourd'hui. Ma prise sur lui se serre doucement, alors que je ferme les yeux.


«T'inquiète, Cadence... Je t'aime aussi.»

Un léger soupir s'échappe d'entre mes lèvres, un soupir de bonheur et de bien-être. Pour la première fois en bien longtemps, j'étais sereine. Mes soucis étaient bien loin en-dessous de moi, sous les nuages au-dessus desquels je nous maintenais, Cadence et moi, grâce à mon don. J'avais appuyé ma tête contre son torse tandis qu'il me serrait dans ses bras avec tendresse. J'écoutais le rythme envoûtant de son coeur, alors que la chaleur de sa peau était brûlante contre ma joue. Jamais je ne m'étais sentie aussi appaisée par une si intime proximité. Partager ce moment, cette étreinte, avec l'homme que j'aimais... Ca n'avait pas de prix. Jamais je ne pourrai lui expliquer à quel point je lui étais reconnaissante pour ce petit moment de paix qu'il m'avait offert sans le savoir.

Puis je le sens se redresser, et je fais de même. Une lueur curieuse s'allume dans mon regard alors que je scrute le sien, si tendre et amoureux. J'observe chacun des détails de son visage, comme si je cherchais à graver cette image dans ma mémoire à jamais. J'aimais cet air tendre et amoureux qu'il prenait, ce sourire si séduisant et ces prunelles bleues si expressives... Et c'est à ce moment que je me dis que j'étais une idiote pour ne pas avoir remarqué bien plus tôt à quel point il semblait m'aimer. A quel point je pouvais l'aimer, malgré mon sale caractère et toutes les choses que j'ai pu dire à son propos à travers les années. Un sourire revient se loger sur mes lèvres, alors que je pose doucement mon front contre le sien en fermant les yeux.


«T'es si adorable... Je m'en veux maintenant de t'avoir traité aussi mal durant toutes ces années... Si j'avais su... C-ca fait des années que je ressens cet amour, mais je n'ai jamais osé en parler, non plus...»

Pourquoi en aurais-je parlé, de toute façon? J'étais à peine remise de ce traumatisme que j'ai vécu durant mon enfance. J'étais à peine remise de ma peur de tout homme osant tenter de m'approcher. Et pourtant, malgré toutes les défenses que j'avais érigées autour de mon coeur, Cadence avait réussi à me le voler. Je ne lui en voulais pas, en fait, je lui en était reconnaissante. Mais j'avais peur. J'avais peur de tout ce que ca pouvait impliquer, de ce qui viendrait ensuite. Je ne voulais pas ruiner la relation dans laquelle nous venions tout juste de nous embarquer simplement parce que je ne suis pas apte à faire ce genre de choses. Mais bon, calme, Shilin. Tu penses beaucoup trop. Il faut profiter du moment.

... Chose qui fut de courte, très courte durée, en fait, vu comment Cadence me rappela peu après que nous devons rentrer bientôt, avant la tombée de la nuit. Que nous avions notre rapport de mission à faire, également. Je soupire à nouveau, l'air un peu déçue cette fois alors que mes oreilles s'abaissent légèrement pour le montrer.


«Ah... Tu as raison... On devrait rentrer, alors... Mais comme il est tard, je pense qu'on devra faire notre rapport de mission demain.»

Je force un petit sourire avant de prendre sa main dans la mienne doucement, entamant notre descente des cieux ensuite. Je l'avoue, je suis déçue que mon compagnon y ait pensé. J'aurais voulu rester là-haut, seule à seul avec lui dans ce paysage céleste digne des plus beaux contes de fées. J'aurais voulu profiter de ce moment intime au mieux pendant que personne n'était là pour nous déranger. J'aurais tout simplement voulu que le moment s'éternise le plus possible. J'avais encore l'impression d'entendre son coeur battre tranquillement, de ressentir sa chaleur contre ma joue. Ses lèvres contre les miennes. Et même si je me doutais que, désormais, ce seraient des sensations qu'il me ferait vivre assez souvent vu comment il est... J'avais presque l'impression que je n'arriverais plus à supporter une quelconque séparation. Les gens que je chéris sont rares, quoi, et je me suis toujours dit que je les garderais près de moi si je trouvais qui que ce soit qui deviendrait cher à mon coeur... Mais bon. Après, j'anticipe peut-être trop mes propres réactions. Pour une fois, je devrais prendre exemple sur Cadence et cesser de réfléchir...

La descente fut moins longue que je l'aurais pensé, malgré que j'aie pris mon temps en observant les alentours d'abord. L'immensité du désert de Nouzar me surprenait chaque fois que je la contemplais. Mais bon, passons les détails. Je me pose près de l'entrée du repaire, dans la fissure creusée par le temps entre les dunes du désert. Ma prise sur la main de Cadence se resserre un peu.


«... J'ai pas envie de rentrer...»

Je soupire à nouveau, avant de forcer un petit sourire.

«Mais on devrait y aller. On a besoin de repos... Et puis, avec un peu de chance, Paine nous laissera la journée libre demain, et qui sait, peut-être qu'on pourra aller danser à Madina, comme t'as fait tout à l'heure... Et sans les gentilles dames du bordel, d'ailleurs.»

Mes doigts relâchent enfin les siens alors qu'un petit rire m'échappe, et j'en profite pour poser mes mains sur ses joues, l'attirant à moi afin de lui voler un baiser. Chose qui m'est légèrement plus difficile vu ma petite taille, le fait que je suis sur la pointe des pieds et celui que Cadence est beaucoup plus grand que moi. Putain. Faites en sorte qu'il ne voit pas le fait que je suis sur la pointe des pieds, je le connais, il va clairement me narguer à ce propos. Pitié.

M'enfin. Après cette brève étreinte, mon visage demeure près du sien un instant, mon regard plongé dans le sien alors que mes doigts caressent tendrement la peau de ses joues.


«Et puis... Il n'y a plus qu'avec toi que je danserai, mon amour. Viens me chercher quand tu voudras y aller.»

Cela dit, je le laisse enfin tranquille, reculant de quelques pas en souriant d'un air absolument heureux avant de me retourner et m'éloigner en direction de ma chambre.



(c)LOKIA


Shilin vous parle en #CC0066 ♥

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 37
Date d'inscription : 16/05/2017
Voir le profil de l'utilisateur
Mar 11 Juil 2017 - 23:53
Valse de plumesCadence & ShilinI hear a voice say : don't be so blind. It's telling me all these things that you would probably hide. Am I your one and only desire ? Am I the reason you breathe ? Or am I the reason you cry ? (Saliva → Always)Entendre Shilin dire qu'elle partageait mes sentiments me réchauffait le coeur, et me rassurait aussi mine de rien. Après tout, j'avais eu peur pendant longtemps qu'elle me rejette et malgré ma tendance à être collant, envahissant et ouvert avec tout le monde je n'avais jamais osé lui révéler ce que je ressentais jusqu'à maintenant. Après tout, elle passait son temps à me reprocher mes actions et ma façon de vivre, alors j'avais assumé qu'elle ne m'aimait pas de la même façon que moi je l'aimais. J'avais donc tout gardé pour moi, même si je continuais à la taquiner et l'embêter, voir carrément à la suivre partout afin de passer du temps avec elle même si c'était pour me faire prendre des reproches.

Mais maintenant j'étais rassuré. Et je l'étais encore plus lorsque j'entendais ma douce harpie prononcer ces mots elle-même. Je profitais qu'elle soit toute proche pour la couvrir doucement avec mon aile, comme pour nous donner un peu plus d'intimité dans notre étreinte. J'appuyais ma joue contre sa tête tandis qu'un léger soupir s'échappait de mes lèvres.

"T'en fais pas je comprends... J'ai été pénible aussi avec toi durant toutes ces années..."

Avouer ce genre de choses et m'en rendre compte surtout m'arrivait toutes les lunes bleues. Mais je ressentais le besoin d'être parfaitement honnête avec Shilin, d'assumer les nombreuses taquineries que j'avais pu lui faire et les quelques fois où je lui avais volé la vedette en mission. Je n'avais pas été toujours très réglo avec elle, je l'admettais maintenant.

J'acquiesçais lorsque Shilin annonça vouloir faire notre rapport demain. Il ferait nuit lorsque nous rentrerions et nous serions tout les deux fatigués, alors autant avoir les idées claires pour faire ce genre de choses. Même si moi je risquais fort de ne plus me rappeler avec exactitude ce qui s'était passé. Le seul truc qui me restait en tête c'était cette grosse prostituée qui m'avait fait rentrer dans le bordel... Paix à son âme. Ah, et aussi ce moment passé à danser sur la place de Madina! Ca c'était génial, j'ai bien aimé... Et puis notre vol ensemble avec ma harpie préférée évidemment! Comment ça, j'ai une mémoire très sélective? Pas du tout voyons. Je retiens juste les bons moments! Enfin, les bons et les mauvais mais genre, les mauvais qui m'ont marqués. Comme la prostituée. Berk.

Une pression autour de ma main me sortit de mes pensées. Shilin m'entraînait avec elle, descendant de nouveau sous les nuages, ce qui me laissa entrevoir le désert qui se rapprochait lentement de nous. Au fond, j'étais aussi un peu triste de devoir raccourcir l'instant que nous partagions ensemble au-dessus des nuages, au plus près de la voûte céleste. Là-haut c'était comme si rien ne pouvait nous atteindre. Ca ne m'étonnait pas que les dieux des légendes dont Paine nous avait bercé vivaient aussi haut dans le ciel... Au moins là haut ils étaient libres, maîtres d'eux-même et de leur destinée. Mais j'espérais fortement avoir l'occasion de retourner dans le ciel avec Shilin, de voler à ses côtés comme nous l'avions fait aujourd'hui. Pour rien au monde je n'oublierai ce premier vol en sa compagnie... C'était pour moi le plus beau, peu importe le nombre de fois où nous retournerions caresser les nuages ensuite.

Finalement, les ruines de Rezvayaan apparurent à l'horizon et quelques instants plus tard nous nous posions à l'entrée du repaire du clan. De tout le trajet je n'avais pas lâché Shilin et était resté aussi proche d'elle que possible. C'était nos derniers instants ensembles jusqu'à demain, puisque je doutais fort que nous rendrions aussi rapidement notre relation publique. En la sentant serrer ma main dans la sienne, je lui rendis la pareille, tout en caressant doucement la peau de ses doigts.

"J'ai pas envie non plus chérie..."

Appeler la belle harpie "chérie" me paraissait un peu étrange puisque c'était la première fois que je le faisais. Oh, je n'avais pas de soucis pour donner ce genre de petits surnoms affectueux à mon entourage, mais c'était la première fois que je l'utilisais pour quelqu'un que envers qui j'avais de réels sentiments. J'avais dragué par le passé certes, mais c'était pour m'amuser surtout et il n'y avait jamais rien eu de réellement sérieux dans ce que je pouvais faire ou dire envers ces dames qui s'étaient entichées de moi. Shilin était la première envers qui ces mots et surnoms affectueux étaient sincères.

Elle me proposait de retourner danser à la capitale si on avait une journée libre demain et mon regard s'illumina à cette idée, tandis qu'un sourire vint se graver sur mon visage.

"Oh oui! Je serais tellement heureux de pouvoir partager une danse avec toi!"

La seconde d'après je sentais ses mains se oser sur mes joues alors qu'elle m'attirait à elle pour un dernier baiser. Un léger rire m'échappa alors que j'en profitais pour lui en voler un aussi. J'avais bien remarqué qu'elle était sur la pointe des pieds et je trouvais ça assez mignon en fait. Malgré tout je ne pus m'empêcher de lui envoyer une petite boutade dès que notre étreinte fut rompue.

"Alors comme ça on est pas assez grande? Faut manger un peu plus pour grandir un peu!"

Mon ton était taquin, pas méchant le moins du monde. Je ne pouvais juste pas m'empêcher de la taquiner, elle était beaucoup trop adorable même quand elle s'énervait. Enfin, quand elle ne s'énervait pas en faisant des expressions intimidantes du moins, un peu comme tout à l'heure dans le bordel. Mais je ne lui en voulais pas, ça faisait partie de son charme. Ses dernières paroles m'arrachèrent un nouveau sourire d'ailleurs.

"Et je te réserverais toutes mes valses, compte sur moi pour venir t'y entraîner..."

Puis elle me lâcha et s'éloigna en direction de sa chambre. Je restais immobile, regardant cette belle créature jusqu'à temps qu'elle ne disparaisse au coin d'un des couloirs creusés dans la roche. Un léger rire m'échappa avant que je me dirige vers ma propre chambre et n'aille m'affaler dans mon lit en fixant le plafond et en soupirant de contentement.

Maintenant j'étais un homme vraiment heureux pour le restant de ses jours. J'avais une cause à défendre, une famille à protéger et plus que tout, une femme que j'aimais.
© 2981 12289 0



Cadence vous séduit en #cc6600~
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Steyria RPG :: Royaume de Nouzar, peuple du désert :: Madina :: Plaza centrale-
Sauter vers: